78e édition du festival national de courts métrages organisé par la FFCV, du 20 au 23 septembre à Soulac-sur-Mer

Communiqué de presse PDF Communiqué de presse DOC     

La planète cinéma est en ébullition ! Pour la troisième année consécutive, le Festival “Ciné en Courts” transformera la charmante ville de Soulac-sur-Mer (Gironde) en Cannes des courts-métrages amateurs.

La 78e édition s’annonce fidèle à la réputation du Festival : sélection rigoureuse des œuvres, qualité et diversité de la programmation, échanges avec les réalisateurs, mais aussi partage de l’amour du cinéma (entrée libre).

20180531162619-p2-document-wnhd

82 films en compétition du 20 au 23 septembre à Soulac-sur-Mer (Gironde)

2018 devrait être un excellent millésime pour le Festival “Ciné en Courts” puisqu’il présentera pour sa 78e édition 82 films en compétition dont :

  • 30 films de fiction (thriller, aventure, comédie, drame, reconstitution historique, fantastique…)
  • 30 reportages-documentaires
  • 8 films expérimentaux
  • 2 films d’animation
  • et 12 films minutes (il s’agit de raconter en 60 secondes une histoire facilement compréhensible par tous)

Au total, cela représente plus de 14h30 de projections qui vont émerveiller tous les amoureux du grand écran !

Organisé avec le soutien de la municipalité de Soulac-sur-Maire et de son maire M.Xavier Pintat, ainsi qu’avec l’aide de l’association des commerçants de la ville, le Festival est devenu au fil du temps une véritable institution qui met à l’honneur le cinéma indépendant sous toutes ses formes.

La “crème” des courts-métrages

La participation au festival de Soulac-sur-Mer est l’étape ultime d’un processus de sélections rigoureuses d’œuvres produites par environ 200 ateliers de la France entière.

En effet, pour avoir la chance de voir leur film ou reportage projeté au cinéma Océanic (qui bénéficie d’un format professionnel DCP), les auteurs de films auto-produits ont déjà dû remporter divers concours organisés par les huit régions cinématographiques françaises.

L’objectif est avant tout de permettre au Festival Ciné en Courts de présenter des oeuvres répondant à des exigences de qualité, de diversité et d’éclectisme.

Jean Claude Michineau, Président de la FFCV, souligne :

Le lien commun à toutes ces productions est l’imagination, l’astuce, le goût et le savoir faire car s’il est vrai que les auteurs auto produits ne rentrent dans aucun circuit commercial, ils doivent compenser l’absence d’apport financier par leur ingéniosité.

Un pur moment de cinéma accessible à tous

Le Festival Ciné en Courts s’est imposé comme un événement incontournable car il crée une véritable passerelle entre le cinéma indépendant et son public.

Sa volonté est de faire découvrir au plus grand nombre toute la richesse de l’univers du court-métrage, les pépites créatives… et une autre façon d’aborder le cinéma. Tout simplement parce que sortir des circuits commerciaux stimule l’ingéniosité et offre une grande liberté quant au choix des sujets et à la manière de les aborder.

Cette manifestation culturelle, très originale, ambitionne ainsi de démocratiser le court-métrage en rendant le cinéma accessible à tous (l’entrée est libre et gratuite dans la limite des places disponibles) mais aussi en instaurant un véritable échange avec les réalisateurs.

En attendant le début de l’édition 2018, voici le court-métrage qui a remporté le Grand Prix 2017 :

A ne pas manquer cette année

L’édition 2018 du Festival “Ciné en Courts” sera marqué par deux temps forts :

Le Bistrot des Festivaliers (nouveauté)

A deux pas de la salle de cinéma, confortablement installé sous un barnum sur la place du Marché, le Bistrot des Festivaliers est un lieu convivial où les réalisateurs et les festivaliers peuvent se rencontrer.

Le concept est très simple : à chaque entracte, les réalisateurs viennent présenter leur film et échanger avec le public autour d’un verre. Les festivaliers peuvent ainsi poser librement leurs questions sur les motivations des auteurs ou les conditions de tournage mais aussi découvrir les anecdotes qui ont émaillé la réalisation de leur oeuvre.

Le Repas de Gala (samedi soir)

Il se déroulera dans le cadre agréable du Palais des Congrès et il accueillera 120 à 200 convives (sur inscription).

Au programme : animation musicale, de délicieux mets préparés par un traiteur (possibilité de menus sans gluten sur demande), et surtout de la convivialité lors de ce repas en commun pris autour de tables rondes de 10 couverts.

Un Jury de professionnels

Pour les réalisateurs amateurs, le Festival Ciné en Courts représente l’opportunité incroyable de montrer leurs œuvres à un jury composé de 3 professionnels et 2 membres de la FFCV.

Ils décerneront plus de 20 prix dont  :

  • 4  prestigieux Grands Prix : Prix du Président de la République, Prix de la Ville de Soulac, Prix du CNC, Prix Jeune Réalisateur de la FFCV
  • 15 prix spéciaux dont le Prix du Patrimoine offert par la Région Nouvelle Aquitaine et le Prix du Public offert par l’association des commerçants soulacais.

Le Jury est composé de :

JEROME ROGUEZ, Président du Jury

Présentation-Jury-230x191

Formé au cinéma ethnographique par Jean ROUCH et Jean-René MORILLIERES, Jérôme passa au début des années 70 un an et demi au Pakistan parmi les “Kalashs” et les “Hunzas”. Il parcourut ensuite la France pour les faire connaître par des Conférences “Grands Reportages” et “Visages et Réalités du Monde”.

Puis ses activités audio-visuelles l’amenèrent à la réalisation de documentaires pour toutes les chaînes de télévision, avec une priorité pour des magazines de France 3 “Thalassa”, “Montagne” et “Faut Pas Rêver”, mais aussi pour TF1 “Grands Reportages”, France 2 “Envoyé spécial”, et bien d’autres.

MICHELANGELO BUFFA, juré

Présentation-Jury-1-230x153

Depuis l’age de 14 ans dans les années 60, et jusqu’à aujourd’hui, il n’a jamais arrêté de réaliser des images, des films et vidéos, en totale liberté et se présente comme FILMEUR (terme emprunté à Alain Cavalier). A partir de 1970, il a écrit pour la revue de cinéma FILMCRITICA….

Quelques temps après, il a publié son premier livre de cinéma : IL CINEMA E’ IL CINEMA : Jeux de mots volés à Jean-Luc-Godard, dont le sous-titre est : “Vagabondage cinématographique d’un cinéphile-filmeur”.

BOUALEM GUERITLI, juré

Présentation-Jury-2-230x172

Réalisateur et grand reporter, il est l’auteur de près de trois cents émissions, reportages et documentaires pour France Télévisions et des chaînes étrangères. Il a réalisé des magazines de géopolitique et quatre heures hebdomadaires de programmes pour la jeunesse en direct durant plusieurs années.

JADE MORICE, jurée

Présentation-Jury-3-200x300

Après un bac option cinéma et trois ans de CPGE Lettres, Jade se lance dans un Master 1 Cinéma à l’Université Paris Diderot. Membre actif de l’association audiovisuelle DiviPassion, elle s’investit dans l’univers cinématographique. Dans le cadre de l’atelier réalisation de Paris 7, elle a réalisé son premier court-métrage documentaire sur la danse.

GERARD PHILIPPE, juré

Présentation-Jury-4-221x300

Entré dans un club dès 1976, à 20 ans, afin de progresser en photo au départ mais très attiré par l’image animée, Gérard a très vite participé à des tournages en Super 8 et 16mm. Il a assuré la responsabilité de président du club durant 22 ans avec notamment l’organisation du concours national de cinéma et vidéo en 1991. Moment important car c’était le lancement de la vidéo dans les concours fédéraux.  Son investissement dans la fédération s’est concrétisé par la présidence de la 3ème région pendant 11 années. À cette occasion, il a été sollicité pour assumer avec grand intérêt la présidence de jurys de concours régionaux mais également juré au national de St Nazaire. La réalisation l’a aussi mobilisé et il a eu l’immense plaisir d’avoir plusieurs films primés aux concours régionaux et sélectionnés au national, ce qui est déjà une grande récompense. Un film reçu même le prix national du documentaire.

Un tremplin vers une compétition internationale

Recevoir un prix au Festival  Ciné en Courts peut ouvrir des portes vers une reconnaissance nationale mais aussi internationale.

En effet, parmi les films primés, certains sont retenus pour participer au  concours annuel de l’UNICA, à hauteur d’une heure de projection. C’est l’occasion pour les réalisateurs de se confronter au niveau international, de rencontrer et d’échanger avec des passionnés de cinéma venus d’horizons plus lointains.

En 2018, les rencontres internationales se dérouleront en République Tchèque à BLANSKO début septembre, 5 films français sélectionnés à Soulac en 2017 y représenteront la France.

Le déroulement du Festival

20180531162619-p4-document-rzlp

Jeudi 20 septembre

20h30 – Présentation du Jury

21h – Projection des premiers courts métrages en compétition

Vendredi 21 septembre

Projections de 9h à 12h30, de 14h à 19h et de 21h à 23h

Samedi 22 septembre

Projections de 9h à 12h30 et de 14h à 19h.

Dimanche 23 septembre

11h – Remise des prix

Le Festival en 5 chiffres-clés

  • 78 éditions
  • 200 ateliers de la France entière participants
  • 14h30 de projections au total
  • 20 prix décernés
  • 60 minutes de films sélectionnés pour participer au concours annuel international de l’UNICA

A propos de la FFCV, acteur de premier plan du cinéma français

Les origines de la FFCV remontent à 1933, date à laquelle a été fondée la FFCCA, la Fédération française des clubs de cinéastes amateurs. Quatre ans plus tard, celle-ci publiait une encyclopédie du cinéma amateur, unique à l’époque, avec une préface de Louis Lumière et un avant-propos de Léon Gaumont.

Rebaptisée Fédération française de cinéma et vidéo en 1987, l’organisation a été reconnue d’utilité publique en 2007 et a fêté son 85ème anniversaire en 2018. Elle constitue aujourd’hui un « réseau-école d’apprentissage, d’expérimentation et de diffusion du cinéma et du documentaire indépendants et autoproduits au service de la création libre ». Sa mission : rendre la création cinématographique accessible à tous et à toutes.

IMG_20180621_211809Présidée par Jean Claude Michineau, la FFCV compte 1300 membres, réalisateurs et techniciens, dont des grands noms comme le réalisateur Edouard Molinaro, le spécialiste des transparences Georges Jonesco, et Jean Vivié, conseiller technique de la fédération, professeur à l’IDHEC et premier directeur des Archives du film. Chaque année, plusieurs centaines de films sont produits au sein d’une centaine de clubs et d’ateliers de cinéma, et les membres se réunissent au niveau national pour confronter leurs productions et leurs idées.

 

Pour en savoir plus

Le Festival national Ciné en Courts : http://ffcinevideo.com/le-festival-national/

La Fédération Française de Cinéma et de Vidéo : http://ffcinevideo.com/

Contact Presse

20170820120815-p1-document-cnzr-1024x1024FFCV Fédération français de cinéma et vidéo

Michèle JAROUSSEAU

E-mail : jarousseau.michele@orange.fr

Tel :  06 10 79 52 25

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>