A 30 ans, elles sont belles, intelligentes, dynamiques, sympathiques… et pourtant célibataires

Communiqué de presse PDF Communiqué de presse DOC     

En France, le nombre de personnes célibataires a plus que doublé ces trente dernières années, atteignant 12 % de la population, avec un déséquilibre de 4,4 millions de femmes pour 3 millions d’hommes (source INSEE).

Parmi les femmes célibataires, les trentenaires représentent la tranche d’âge la plus importante. D’ailleurs, nous connaissons tous au moins une de ces trentenaires célibataires… Une de ces jeunes femmes à propos desquelles on murmure « C’est étrange, un mystère, elle est belle, intelligente, sympa, drôle même, et pourtant, elle est toujours seule… ».

Mais alors, qui sont-elles ? Les célibataires de 30 ans sont-elles plus exigeantes que leurs aînées ou benjamines, et pourquoi ?

Le point avec Valérie Bruat, experte dans le domaine de la rencontre amoureuse, souvent présentée comme une artisan de l’amour.

jeune couple site

Pourquoi les femmes trentenaires sont-elles très exigeantes en amour ?

Allongement des études, difficultés à trouver un emploi stable ou début de carrière accaparant, envie de prendre le temps de s’installer dans la vie ou peur de s’engager… Aujourd’hui, les femmes ont en moyenne, 29 ans lors de leur (premier) mariage au lieu de 25,7 ans en 1990 et 28,5 ans lors de la naissance de leur premier enfant au lieu de 24 ans en 1974 (source Insee). De plus, les femmes entre 30 et 35 ans sont également les plus nombreuses parmi les célibataires.

Conseillère matrimoniale depuis plus de 15 ans, Valérie Bruat étudie chaque jour le profil de ces jeunes femmes célibataires :

Aujourd’hui, les jeunes femmes célibataires qui ont entre 30 et 35 ans sont diplômées, dynamiques, bien insérées socialement avec un bon job. Elles ont tout pour elles, mais, malgré leur envie de trouver LA bonne personne, elles éprouvent de grandes difficultés à rencontrer des hommes sérieux, à même de les combler, avec lesquels elles puissent se projeter.

Pourtant, elles vivent aussi généralement dans une grande ville où il existe une plus grande concentration de célibataires… et par conséquent, où il semble logique de trouver plus facilement pour elles la « bonne personne ».

http://www.dreamstime.com/stock-photo-image90614770

Les célibataires trentenaires sont-elles « trop » exigeantes ?

Valérie Bruat confie,

D’une certaine manière, lorsque l’on est dans la vingtaine, on est plus instinctif et probablement moins exigeant. On tente des histoires, on tombe amoureux plus facilement, on fait moins de calcul… Puis, au fil des années, on apprend à se connaître, on se construit et on sait mieux ce que l’on veut, ou au moins ce que l’on ne veut pas. Dans la trentaine, on a donc une idée plus précise et moins naïve (en théorie) de ce que l’on souhaite en termes de couple.

Si entre 30 et 35 ans, la majorité des femmes célibataires arrive en effet à avoir une idée précise du profil de l’homme qu’elles recherchent, certaines sont plus novices dans leur quête…

http://www.dreamstime.com/royalty-free-stock-photos-image93560688

Valérie Bruat poursuit,

Certaines jeunes femmes ont rencontré quelqu’un assez jeune, souvent pendant leurs études, et ont vécu une « vraie première histoire » pendant plusieurs années. Mais les parcours et les personnalités en devenir ont éloignés les jeunes amoureux, et elles découvrent à la trentaine le célibat.

Dans tous les cas, le paradoxe reste le même. A 30 ans, ou 35 ans, elles ont déjà fait des rencontres, vécu des histoires, et cherchent toujours le prince charmant.

Avec le temps et l’expérience de la vie, on a compris à 30-35 ans que la personne parfaite n’existe pas et qu’il faut faire des concessions sur la liste des qualités idéales de notre partenaire…. Pourtant, et c’est ce qui peut paraitre étrange, c’est qu’au lieu d’abaisser notre niveau d’exigence, on l’élève. Les célibataires de 30-35 ans sont-elles pour autant trop exigeantes ? Je ne le crois pas ! Elles savent quels sont enjeux de LA bonne rencontre…

534177_397008053660643_321627028_n

Quand l’horloge biologique dicte l’exigence…

A peine le temps de finir ses études, de lancer sa carrière et déjà l’horloge biologique sonne l’alerte ! Car oui, lorsque l’on a 30 ans et que l’on souhaite fonder une famille, il n’est plus question de faire une « simple » rencontre, mais bien de rencontrer l’homme idéal, celui qui pourrait être le père de son (ses) enfant(s).

Une récente étude du Karolinska Institute de Stockholm et de l’université de Bergen, démontre d’ailleurs que le début de la période à risque pour une première grossesse se situerait, non plus au-delà de 35 ans, mais entre 30 et 34 ans.

Pour Valérie Bruat, être célibataire à 30 ans constitue une véritable pression pour les femmes. Elle confie,

Pour les femmes célibataires de 30-35 ans, la pression est énorme et cette pression coïncide, les années passant, avec une difficulté croissante à trouver le futur père de leurs enfants. C’est ainsi la double-peine… D’une part les femmes continuent à se battre pour exercer leur droit absolu à s’insérer pleinement dans la vie active, en émancipation, et vivre leur vie. Et d’autre part, elles se trouvent confrontées à la difficulté de rencontrer des hommes qui leur plaisent et avec qui elles aimeraient fonder une famille et avoir un ou des enfants.

 

A propos de Valérie Bruat

Valérie Bruat travaille depuis 2002 dans le domaine de la relation amoureuse à Paris et en Île-de-France. A la direction de l’agence Entre Elle et Lui (anciennement Adéquat rencontres) elle a bâti sa réputation et son sérieux sur ses critères d’adhésion sélectifs et son savoir-faire dans les dynamiques relationnelles et privées.

Souvent présentée comme une artisan de l’Amour lors de ses interventions dans les plus grands médias français (JT de TF1, JT de France 2, Europe 1, RMC, Le Parisien, France Info, 20 Minutes, etc), elle a su moderniser l’image de l’agence matrimoniale traditionnelle en développant depuis 2012 un concept « d’agence relationnelle pour célibataires » conjuguant écoute, proximité et sérieux.

Preuve de son sérieux et de ses compétences Valérie Bruat s’est vue décerner, en juin 2017, le prix d’Excellence de l’ONCRH (Ordre National des Conseillers en Relations Humaines) pour « son professionnalisme, son sens du relationnel et de l’accueil et la performance de sa prestation ».

logo

Pour en savoir plus

Site web : http://adequat-rencontres.fr
Facebook : https://www.facebook.com/agence.relationnelle
Instagram : https://www.instagram.com/entreelleetlui/

Contact presse

Valérie Bruat
Téléphone : 06 06 82 26 76
Email : entreelleetlui75@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>