Sortie roman : Les Voix. Van Gogh, Tony Montana, Picasso et les autres, par Naïma Guerziz

Communiqué de presse PDF Communiqué de presse DOC     

L’écrivaine franco-algérienne Naïma Guerziz publie son nouveau roman chez Fauves Éditions.

Les Voix : Van Gogh, Tony Montana, Picasso et les autres est un ouvrage fort, qui met en scène deux personnages en marge de la société pour évoquer des thèmes graves comme la schizophrénie et les violences faites aux femmes.

20190410142932-p3-document-mmyb

Donner une voix à ceux qui n’en ont pas

Naïma Guerziz a écrit Les Voix : Van Gogh, Tony Montana, Picasso et les autres en 2016, avant le mouvement Me Too. « Je l’ai rangé dans mes tiroirs parce que j’y abordais les violences conjugales, l’amour intéressé, et la folie d’un homme », raconte-t-elle.

L’auteure a décidé de ressortir son roman et de le publier pour apporter une voix à celles et ceux qui n’en ont pas car, par nature, la fiction est le lieu de tous les possibles.

Tout l’objet de ce livre est donc de laisser s’exprimer ceux qu’on ne veut pas entendre parce qu’ils dérangent. « Ici, ils peuvent s’exprimer sans interdit ni tabou. Ils ne sont plus invisibles, ils rompent avec le silence imposé par la société, celui de la bienséance. Ils disent tout ! » explique Naïma.

Des personnages à la marge

Les Voix est construit autour de deux personnages principaux, un homme et une femme, Omer et Elyza. Ils sont tous les deux en marge de la société, pour l’un à cause de sa position d’artiste et de sa maladie, la schizophrénie, pour l’autre à cause de sa condition de femme et des violences qu’elle subit.

Le roman s’ouvre sur une « Lettre aux lecteurs » d’Omer, écrite une fois sa maladie sous contrôle, après que son amie proche Elyza a mis « de l’ordre dans les voix ». Il nous entraîne ensuite dans une histoire passionnante, dans laquelle mondes réels et imaginaires se confondent, et où Van Gogh, Picasso et les autres prennent vie.

Regard critique sur Les Voix

« Dans ce roman, Naïma Guerziz a l’art de nous transporter dans la schizophrénie de cet artiste peintre, de nous faire comprendre ce qu’est la maladie, non pas avec des termes médicaux, mais avec la vision du monde au travers du regard d’Omer.

C’est passionnant, captivant, par instants, on en vient à envier Omer et son monde imaginaire qu’il voit, qu’il entend, mais c’est en même temps angoissant. Car, on a l’impression que Omer n’est pas capable de mettre une frontière entre le monde réel et ce monde présent dans sa tête. » Olivier Kauf, Notre siècle.

Morceaux choisis

Début de la « Lettre aux lecteurs » d’Omer :

« Un jour, j’ai été schizophrène. C’est écrit dans le compte-rendu du psychiatre. C’est une erreur d’appréciation. En réalité, j’arrivais à capter la voix intérieure de certaines personnes. J’ai commencé à entendre feu mon père, à sentir la présence de Vincent Van Gogh et à lire dans Elyza comme dans un livre ouvert.

Toutes ces voix ont pris le pouvoir sur mon être. J’ai été plus ou moins assiégé. Elles étaient plusieurs à tourmenter mon esprit. Indélogeables, sournoises et revanchardes, elles voulaient s’emparer de mon âme. Elles ont eu le champ libre. Chacune a pu s’exprimer. Je pensais être cartésien, je suis devenu fou. Je pensais être fort. J’avais victorieusement fait taire mon père. Je l’avais maîtrisé, le bougre. Il a été mon premier hôte. »

Sur Van Gogh :

« Vincent était très discret. C’était mon confident. Je pouvais tout lui dire. Confesseur silencieux, il ne prenait même pas la peine d’acquiescer. Il assistait à ma catharsis. C’est le modèle que j’ai fui. J’ai adoré ses toiles tout en maudissant l’homme. Je l’ai toujours comparé à un fou. Ne jamais se moquer. »

FB_IMG_1544210285981

À propos de l’auteure

Naïma Guerziz est fortement intéressée par les questions liées aux femmes. Elle a signé plusieurs romans dans lesquels elle réfléchit sur le rapport entre ses deux cultures, française et algérienne. Elle est également auteure du livre pour enfants La Sorcière Microba, de La baguette de la République, une biographie du boulanger de l’Elysée Ridha Khader, et de RéZoter et entreprendre au féminin, écrit à quatre mains avec Sabrina Boucherit.

Naïma est par ailleurs chroniqueuse et bloggeuse. Sur son blog Les Chroniques de Naïma, elle met en valeur des auteur·e·s, entrepreneur·e·s, sportifs et membres d’associations.

Pour en savoir plus

Page du livre sur le site de Fauves-Editions :  https://www.fauves-editions.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=125

Facebookhttps://www.facebook.com/NGcoms/

Instagramhttps://www.instagram.com/guerziznaima/?hl=fr

Contact presse : Naïma Guerziz

Emailnaima.guerziz@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>