Trouver un job d’été à l’étranger devient ENFIN simple… mais il faut s’y prendre maintenant

Communiqué de presse PDF Communiqué de presse DOC     

Cette année encore, plus d’un jeune sur deux ne prendra pas de vacances de juillet à septembre et, pour 65% d’entre eux, l’été sera surtout synonyme de travail (source).

Dans le contexte économique actuel, le job d’été est en effet devenu bien plus qu’un simple “petit boulot”. Avec un taux de chômage des jeunes qui avoisine en France les 22% (source : Dares et Pôle Emploi), les étudiants et les jeunes actifs plébiscitent le job d’été pour avoir une première expérience professionnelle, nouer des contacts utiles et enrichir leur CV de façon à se démarquer des autres candidats à l’embauche.

Les jobs d’été à l’étranger sont particulièrement prisés : ils permettent d’acquérir et de développer une langue étrangère, mais aussi de montrer une grande ouverture d’esprit à l’international et une réelle capacité tant d’adaptation que d’autonomie. Autant de qualités qui sont par la suite plébiscitées par les employeurs.

Mais comment s’y prendre pour trouver un job d’été vraiment intéressant à l’étranger quand on n’a pas de contact et qu’on ne sait pas à qui s’adresser ?

Depuis 1992, plus de 78 000 voyageurs ont bénéficié de l’expertise du réseau de l’association Club Téli pour réussir leur expérience à l’étranger. Devenue au fil des ans une adresse incontournable pour tous ceux qui souhaitent trouver un job d’été à l’étranger sans débourser un centime dans les agences de placement, cette association d’entraide propose :

  • des conseils pratiques
  • des bons plans
  • des contacts privilégiés
  • des offres de stages et d’emploi à pourvoir : au mois de février, le Club Téli a déjà répertorié plus de 42 800 jobs d’été dans 12 pays  (USA, Suisse, Suède, Royaume-Uni, Nouvelle-Zélande, Mexique…)
  • et bien plus encore !

20180209105027-p1-document-ancw

Club Téli :  le plus gros pourvoyeur de jobs d’été à l’étranger

Pour tous les candidats à la recherche d’un job ou d’un stage d’été, qu’ils soient étudiants ou demandeurs d’emploi, le Club Téli représente tout simplement la première source de jobs d’été à l’étranger.

Dominique Girerd, le fondateur du Club Téli, précise :

Le travail de prospection depuis octobre nous montre déjà que 2018 sera certainement la plus grosse année en termes d’offres à pourvoir.  Pour le mois de février, nous avons sourcé 42 879 jobs d’été et il ne s’agit que des 12 premiers pays pour lesquels nous avons déjà les chiffres pour 2018. Le catalogue d’offres va donc encore s’étoffer.

Partir travailler cet été dans un restaurant à Sydney, une station de ski en Argentine, un parc d’attractions de Californie, un camping en Sicile, sur un bateau trois mats aux Seychelles, accroché à un arbre en Ecosse, ou encore les pieds dans le sable de Zanzibar… n’est plus un rêve impossible !

manolie

Se dépayser, être rémunéré et mettre toutes les chances de son côté

A titre d’exemples, Club Téli propose déjà pour cet été :

  • 7535 jobs d’été aux Etats-Unis
  • 505 jobs d’été en Suisse
  • 1 635 jobs d’été en Suède
  • 10 525 Jobs d’été au Royaume-Uni
  • 4 860 jobs d’été en Nouvelle Zélande
  • 2 210 jobs d’été en Norvège
  • 590 Jobs d’été au Mexique
  • 372 jobs d’été à Malte
  • 12 325 jobs d’été en Italie
  • 492 jobs d’été en Islande
  • 795 jobs d’été en Irlande
  • 1035 jobs d’été en Grèce
  • … et cette liste est loin d’être exhaustive car de nouvelles offres sont proposées aux adhérents au fur et à mesure

En quelques clics, les étudiants et les jeunes actifs peuvent accéder à une aventure professionnelle enrichissante au-delà de nos frontières et augmenter considérablement leurs chances de réussite.

En effet, selon une étude de l’Agence Erasmus réalisée en 2016, effectuer un stage/séjour/études/travail à l’étranger permet de trouver plus rapidement un emploi (2,9 mois en moyenne contre 4,6 mois pour les autres candidats) et d’être mieux rémunéré pour un même niveau de diplôme (1 480 euros nets contre 1 200 euros pour les autres).

Capture

Pour décrocher le job d’été idéal, il faut s’y prendre maintenant !

Pour être recruté et avoir le choix, la règle d’or est l’anticipation. En 2018, il n’est plus possible d’attendre le dernier moment pour postuler !

Dominique Girerd souligne :

Désormais, il faut se positionner le plus tôt possible, jusqu’à 6 mois avant l’été, pour décrocher les meilleurs jobs. Et les candidats l’ont bien compris ! Ils prennent contact avec nous entre janvier et avril pour profiter de notre réseau et saisir de belles opportunités.

Cette tendance va aller en s’accentuant car les saisons touristiques deviennent de plus en plus longues (le “hors-saison” d’autrefois est désormais très apprécié par les seniors) mais aussi parce que les employeurs veulent avoir le temps de choisir les bons candidats et éventuellement de remplacer ceux qui font défection.

Capture2

Un large panel de services pour une adhésion limitée à 45 €

Le Club Téli, c’est toute une philosophie d’entraide et de partage qui encourage l’émancipation et l’autonomie.

Les candidats sont guidés et accompagnés pour devenir maîtres de leur projet et de leur avenir.

En contrepartie d’une adhésion au coût très limité (45€), ils bénéficient :

  •  D’offres de stages et de jobs d’été, de postes au pair et d’emplois vérifiés et validés (une garantie indispensable pour éviter les arnaques) ;
  • De conseils de qualité : bons plans logement, adresses incontournables, démarches administratives etc. ;
  • De la puissance d’un réseau vraiment solidaire pour échanger et s’entraider, avec des professionnels expérimentés, d’anciens candidats, des membres qui se sont finalement installés à l’étranger ;
  • D’un suivi personnalisé : chaque adhérent reçoit une réponse individualisée à ses différentes interrogations ;
  • D’avantages et de réductions auprès de professionnels (voyages, assurances etc.).

Nouveau : un coaching personnalisé pour trouver de suite un emploi

Depuis avril 2017, les membres du Club Téli ont aussi accès à un nouveau service : le coaching personnalisé.

Concrètement, il s’agit de mettre en relation les étudiants avec 700 000 employeurs qui les attendent !

Le Club Téli procède en plusieurs étapes.

D’abord, il analyse le profil de chaque candidat et son projet pour lui fournir des conseils adaptés sur la mise en forme des CV et des lettres de motivation, le contenu de l’email de candidature, les outils pour envoyer des centaines de candidatures sans finir dans les spams des destinataires…

Ensuite, il oriente les étudiants et les jeunes actifs vers les employeurs qui recherchent leurs candidatures tout en les aidant à améliorer leurs retours.  Le Club leur apprend aussi à envoyer des candidatures spontanées pour ne pas passer à côté de 70% du marché de l’emploi !

Enfin, il réalise un véritable suivi pendant toute la durée de l’adhésion au Club.

20180209105027-p2-document-wcjg

A propos de Dominique Girerd, aventurier des temps modernes et fondateur de l’association Club Téli

Dominique Girerd est un véritable baroudeur qui a plaqué son emploi de gérant d’une agence de travail temporaire pour s’envoler vers les Etats-Unis en 1991, à 27 ans à peine, avec un simple visa de touriste en poche.

Le jeune Savoyard a parcouru la Californie et découvert, de rencontres en rencontres, que la réalité d’un pays est toujours éloignée des stéréotypes qu’on a pu lui présenter en France.

D’expériences en rencontres formatrices, il découvre de nouvelles facettes de ce pays à travers les yeux d’un chef d’entreprise français d’à peine 30 ans de Los Angeles, d’un cuisinier breton de San Francisco, d’une fille au pair niçoise de Malibu, d’un étudiant parisien de Berkeley, d’un couple de touristes égarés dans la Vallée de la Mort, etc…

Pendant 6 mois, Dominique réunit des informations, des conseils “de terrain”, des parcours de vie de toute la communauté francophone américaine. Il ne peut s’empêcher de se dire : “Si j’avais su ça avant !”.

De retour en France, Dominique décide alors de regrouper toutes ses informations issues de l’expérience des autres pour en faire profiter le plus grand nombre : en 1992, Club TELI (Travail, Etudes et Loisirs Internationaux) voit le jour.

Sa philosophie : constituer un réseau d’entraide, de partage de bons plans et d’expériences vécues pour aider tous ceux qui veulent partir à l’étranger de façon temporaire ou définitive, même sans argent, sans compétences professionnelles ou sans un bon niveau en langue.

20170131161816-p4-document-aaow

Dès 2004, avec plus de 3000 membres, l’association est devenue la première source française en matière de jobs d’été et de stages à l’étranger. Elle a aussi travaillé de plus en plus sur les séjours au pair et le bénévolat à l’étranger.

Deux ans plus tard, le Club compte plus de 3500 membres et son Forum des Voyageurs reçoit plus de 1600 visiteurs de la France entière. L’association lance alors des Bourses de Voyageurs pour contribuer à financer des projets de mobilité internationale (budget annuel : 3500 euros). Le Club participe à la journée des Français à l’étranger organisée par le Sénat et au grand rassemblement des jobs d’été à la Villette. A partir de cette date, l’association partage le stand du CIDJ et de l’ANPE internationale.

Les années passant, le site internet prend aussi de l’ampleur. Ses 500 000 visiteurs annuels disposent d’un Espace Membres avec un forum et tchat pour discuter en direct avec les permanents de l’association et les autres membres.

Aujourd’hui, le Club Téli c’est :

  1. plus de 25 ans d’expérience
  2. plus de 78 000 voyageurs dans le monde
  3. 700 partenaires en France et dans les pays francophones
  4. plus de 3500 membres
  5. 500 000 visiteurs sur son site web

Pour en savoir plus

Site web : http://www.teli.asso.fr

Contact Presse

Club TELI

Dominique Girerd

E-mail : contact@teli.asso.fr

Tel : 04 79 85 24 63

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>