Musique et danse : quand l’éducation et l’artistique se mettent au diapason

Communiqué de presse PDF Communiqué de presse DOC     

« Il faut qu’on vous forme avec des spectacles ». Si c’est souvent l’idée sous-jacente qui fait tourner la fabrique de la programmation culturelle*, c’est aussi l’idée qui pousse comédiens et compagnies de théâtre à braver les planches, s’y installer et y battre du pied.

Battre du pied comme pour battre la mesure d’un spectacle qui éveille l’imaginaire des enfants ; comme pour marquer le rythme d’une danse contemporaine où l’on finit par suivre la cadence de l’improvisation…

Telle est l’invitation de la compagnie L’Improvisible avec son nouveau spectacle Bal Chaussette : une goutte dans l’océan.

*Etude de Catherine Dutheil-Pessin et François Ribac

Bal Chaussette : une goutte dans l’océan, un spectacle et un bal pour enfants spectateurs… et acteurs !

Eveiller la sensibilité des enfants, enrichir leur imaginaire, nourrir leur créativité, développer leur personnalité, stimuler leur esprit critique, leur permettre de comprendre le monde et d’y poser un regard personnel…

Parce que la culture est indissociable de l’éducation, la compagnie de danse et musique L’Improvisible s’attache depuis sa création en 2006 à diffuser des spectacles vivants pour mettre en éveil et en mouvement les enfants par le biais d’une expérience artistique.

Sa dernière création, Bal Chaussette : une goutte d’eau dans l’océan, est ainsi à la fois un spectacle pédagogique et un bal ludique. Une belle manière d’apprendre aux enfants à se jeter à l’eau…

2

 

Un spectacle en deux temps pour une approche en deux pans

Du ciel à la terre, de la terre au nuage, du nuage à l’océan…

Le Bal Chaussette : une goutte dans l’océan met en scène le trajet d’une petite goutte d’eau.

Entre culture et éducation, le spectacle permet à la fois d’éveiller les sens de manière ludique – à travers des stimulations sonores adaptées et des images chargées de symboles : bonhomme a tête de nuage, goutte mouvante… – et d’évoquer le cycle de l’eau dans la nature : pluie, mer, nuage, ad libitum…

Pour donner vie à cette petite goutte d’eau, la compagnie L’Improvisible a créé un univers à la fois symbolique, onirique, poétique et souvent comique. Marguerite Péchillon, danseuse et chorégraphe, incarne les différents états de l’eau par une gestuelle spécifique de danse contemporaine, portée par les notes distillées par Stéphane Lapalus. Le musicien joue en effet une dizaine d’instruments en direct pour évoquer les différents états de l’eau par leur texture sonore aquatique : xylophone, ballons, udu, bol, tuyau harmonique…

kljkj njhggfft

Stéphane Lapalus, musicien et co-auteur du spectacle confie,

Dans notre spectacle Bal Chaussette : une goutte dans l’océan, danse et musique sont interdépendants. De nombreux événements sonores sont déclenchés en fonction de la danse. Et inversement, la danse produit parfois des sons. Non seulement la musique est jouée en direct, mais elle est en interaction organique avec la danse, l’une influant sur l’autre sans cesse, parfois même de manière improvisée. C’est aussi pour cela que nos créations sont au sens littéral des spectacles vivants !

De l’enfant spectateur à l’apprenti acteur

Au fil de l’eau, le spectacle s’ouvre sur un bal aquatique où l’enfant spectateur devient apprenti acteur. Guidés par la musique de Stéphane et initiés à la danse contemporaine par Marguerite, les enfants entrent dans le jeu pour un moment festif et coloré où l’improvisation et l’expérimentation sont les reines du bal !

5

Stéphane Lapalus souligne,

Avec le Bal Chaussette : une goutte dans l’océan, non seulement c’est souvent la première fois que les enfants voient un spectacle de danse contemporaine, mais c’est aussi parfois leur premier “atelier” de danse contemporaine. C’est à la fois une découverte, une expérience, un temps pédagogique et ludique, un moment artistique et festif.  

A propos du Bal Chaussette : une goutte dans l’océan

.7

Suite à une expérience particulièrement réussie dans le cadre du festival de l’Entorse aux Arcades de Fâches-Thumesnil en 2014, la compagnie L’Improvisible imagine en décembre un spectacle-bal sur le thème de l’eau. Souhaitant aller plus loin dans leur création artistique, Stéphane Lapalus et Marguerite Péchillon profitent l’année suivante de deux semaines de résidence de création pour en préciser le propos et les costumes, notamment à La Ferme d’en haut de Villeneuve d’Ascq. Depuis, le spectacle tourne dans le Nord de la France et la Belgique, dans les écoles, les médiathèques (en partenariat avec la Médiathèque départementale du Nord), les théâtres, salles de spectacle, salle des fêtes etc.

Parce que la compagnie L’Improvisible aime aller au-devant du jeune public, des rencontres et des échanges, son spectacle peut s’installer partout… ou presque, puisqu’il suffit d’une salle de 60 m² avec un sol plat et une prise de courant !


Informations pratiques

  • Duo danse/musique : Une danseuse et un musicien live (guitare/percussions)
  • Un spectacle (20 min) suivi d’un bal dansé avec les enfants (30 min)
  • Nombre de participants : 20 à 70
  • Thème : L’eau et toutes ses variantes
  • Public : 2 à 10 ans

A vos agendas

Les prochaines représentations du Bal Chaussette : une goutte d’eau dans l’océan

  • Dimanche 16 octobre à 16h, Barraca zem, 38 rue d’Anvers à Lille
  • Vendredi 4 novembre à 10h à l’auditorium de la Médiathèque d’Anzin,
  • Samedi 5 novembre à 15h à l’auditorium de la Médiathèque d’Anzin.

 

A propos de la compagnie L’Improvisible

Marguerite Péchillon

Danseuse, chorégraphe, professeure de danse contemporaine et contact-improvisation, Marguerite est le fer de lance de l’Improvisible. Après un Bac+5 en Anthropologie, elle se lance dans la danse et fonde la compagnie en 2006. Marguerite s’est formée en danse contemporaine lors de rencontres avec Dominique et Françoise Dupuy, Christian Bourrigault, Monica Klinger et Marian Del Valle, Wim Vandekeybus (Ultima Vez) et Régine Chopinot. Marguerite a étudié le contact-improvisation avec Nancy Starksmith aux Etats-Unis et Patricia Kuypers en Belgique. Marguerite a collaboré avec : Cie Trois quart face, Cie Lolita Espin Anadon, Cie Résonance,
Cie du pendule, Cie des fluides… Son nouveau projet artistique interrogera la notion de cadre et d’étiquette.

Stéphane Lapalus

Musicien de la compagnie, il se consacre entièrement à celle-ci depuis 2013. Avec ses nombreux instruments, Stéphane cherche à évoquer des ambiances, à reproduire des atmosphères grâce à diverses textures sonores et de nombreux sons acoustiques. Il participe également à des ateliers danse-musique pour les enfants avec Marguerite.

En 2015-2016, la Compagnie L’Improvisible a donné une vingtaine de représentations devant 1400 spectateurs au total, en France et en Belgique.

A partir de février 2017, la compagnie sera en CLEA (Contrat Local d’Education Artistique) durant 4 mois sur le territoire de la Flandre Intérieure.

20160922083502-p1-document-fstj

Pour en savoir plus

Site web : http://www.improvisible.com/spectacles/35-spectacles-danse-enfants-bal-chaussette.html

Facebook : https://www.facebook.com/limprovisible/

Contact presse

Stéphane Lapalus

E-mail : contact@improvisible.com

Tél. 06 71 55 94 62

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>