Pour Noël, « adoptez une ordure » : c’est durable et tendance

Communiqué de presse PDF Communiqué de presse DOC     

Il paraît qu’on y trouve de l’or et qu’elles sont la source des produits de consommation de demain. Elles, ce sont les poubelles ! En y jetant un autre regard, on y trouve en effet des richesses insoupçonnées.

Un autre regard sur les ordures, Anne Mingeau, fondatrice du site Adoptezuneordure.fr, en a fait sa spécialité et propose une autre façon de consommer et de considérer les rebuts du quotidien, jetés sans aucun scrupule dans nos poubelles. Et ce, en dépit du potentiel considérable qu’ils constituent.

Pour Anne :

Il y a aujourd’hui une réelle urgence à changer notre vision des déchets mais aussi leur statut dans l’économie. Les objets dont on se débarrasse sont une véritable mine d’or, et ce sont les objets de demain. Il est impératif que l’on en prenne conscience.

20150929130835-p1-document-vvdk

Et c’est exactement l’objet d’ « Adoptez une ordure » : grâce à ses articles recyclés ou upcyclés, Anne entend bien mettre en lumière les possibilités infinies de ces matières premières.

L’upcycling est une autre facette du recyclage. Si le recyclage concerne ces matières qui ne conviennent plus pour un usage mais que l’on peut réintroduire dans le système de production dont elles sont issues; l’upcycling nous permet de tendre vers le zéro déchet en détournant, réinterprétrant et réutilisant un objet en lui apportant une valeur ajoutée, une seconde vie plus glamour. Quand il est post-consommation, l’upcycling permet souvent la création de pièces uniques comme des tabliers ou des corbeilles en toile de jute de sacs à café ou des cale-portes en voile de bateau…

Mais cette démarche implique, comme l’explique l’éco-entrepreneuse :

une qualité irréprochable de conception puisque les matières de seconde main partent avec un handicap. Il faut un travail de professionnel exigeant, avec une qualité tant dans l’esthétique que dans la réalisation.

Sur son site, Anne propose ainsi des objets divers, variés et uniques, forcément, réalisés à partir de carton, de métal, de verre, de papier, de textiles, de matières organiques ou encore de caoutchouc recyclés et upcyclés.

L’or des déchets dans l’ère du temps

Alors qu’en 2010, seuls 37 % des déchets ménagers étaient recyclés en France (l’Allemagne en recyclaient 63 % en comparaison, pour une moyenne européenne fixée à 40 %), l’objectif de l’Union européenne est d’atteindre les 50 % d’ici 2020.

Mauvaise élève donc, la France ? C’est ce qu’il faut croire en effet, mais elle fait des efforts. Et l’émergence du DIY ces dernières années a encouragé les consommateurs à regarder autrement les objets destinés à la poubelle, en leur imaginant une seconde vie. Les vide-greniers et les brocantes ont fait, et continuent, de faire des heureux. Anne se retrouve ainsi pleinement dans cette pratique. Elle précise :

C’est fou tout ce qui est jeté ! Un coup de peinture, une réparation et ça repart. J’aime bien chiner, détourner les objets de leur usage initial pour leur trouver une autre vocation.

4

 

Justement, les chineurs et autres amateurs de recyclage ou d’upcycling pourront satisfaire leurs envies le 15 novembre prochain, journée mondiale du recyclage.

Sans compter que du 30 novembre au 11 décembre se tiendra à Paris la 21ème Conférence des parties de la convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (COP21/CMP11), également appelée Paris 2015. L’enjeu est de taille puisque ce colloque doit aboutir à un accord international sur le climat.

Et donc, implicitement, sur les modalités à mettre en œuvre pour réduire les déchets. Or, avec Adoptez une ordure, Anne tient un morceau de la solution…

Des produits originaux, créatifs et esthétiques

On connaît tous les pulls polaires réalisés à partir de bouteilles en plastique, les casseroles fabriquées avec des boîtes de conserve métalliques, ou encore les boîtes à chaussures conçues avec des boîtes de céréales recyclées. Mais de là à parler d’économie alternative offrant une diversité de produits, des plus basiques et usuels aux plus originaux et esthétiques…

C’est sur ce point que le site d’Anne se distingue, en proposant un large panel d’articles tous plus créatifs les uns que les autres. Elle explique :

J’essaie de proposer une autre offre que celle déjà diffusée, mais il y a des incontournables tant par l’originalité de la matière, comme le textile automobile par exemple, que par l’originalité du concept, à l’image des veilleuses solaires en carton recyclé. Certains produits sont par ailleurs Made in France, ce qui renforce encore un peu plus le côté responsable et durable.

Zoom sur…

- le porte-bijoux mural baobab : réalisé à partir de tôle d’acier de fûts abandonnés dans des décharges de Madagascar, c’est un objet à la fois fonctionnel et décoratif, qui trouve sa place sur un mur pour y suspendre et mettre en valeur des colliers et bracelets. Mais son esthétisme peut également lui permettre de venir orner un mur sans autre fonction. Réalisé à la main par des ferblantiers malgaches en situation de réinsertion. 40 €.

3

- la trousse de toilette Ascari : sobre et élégante, elle est inspirée du coureur de formule 1 italien Alberto Ascari. Conçue avec des chutes de textile automobile, elle est par conséquent solide, déperlante, résistante aux UV et bénéficie des propriétés antiallergiques de ce type de tissu. L’intérieur est doublé et imperméable et les finitions soignées. 49 €.

- l’horloge murale pour enfant : réalisée à partir de 180 feuilles de papier, cette horloge est idéale pour apprendre l’heure mine de rien et accompagner l’enfant dans son apprentissage de la chronologie d’une journée. Totalement waterproof et effaçable à souhait, elle peut être customisée et agrémentée de pictogrammes représentant par exemple les différents moments forts de la journée d’un bambin. Fonctionnelle, ludique, pédagogique… et recyclée. Dès 3 – 4 ans. 30 €.

1

A propos

Anne a saisi l’occasion il y a quelques années de créer sa propre entreprise, en changeant totalement de domaine d’activité. Et pourquoi le recyclage et l’upcycling? Tout simplement parce que, souligne-t-elle,

Je n’aime pas le gaspillage, et je fais souvent les « encombrants » en quête d’un objet à détourner pour mieux le réutiliser. Mais c’est lors d’une visite au salon M&O (Maison & Objet) à Paris que j’ai vu ce type de travail et que je me suis dit qu’il y avait quelque chose à explorer. J’ai donc creusé l’idée, et aujourd’hui, je pense avoir déniché des articles qui méritent que l’on s’y intéresse.

Mis en ligne en décembre 2012 après un travail préparatoire d’une année, le site Adoptezuneordure.fr permet d’avoir un aperçu exhaustif de ce qu’il est possible de réaliser à partir d’objets mis au rebut. Anne précise à ce propos :

J’aime découvrir comment les matières dites ‘rebut’ sont détournées et réinterprétées chez nous en France, mais aussi dans le monde entier. C’est pourquoi il faut absolument qu’on reconnaisse aux matières ‘rebut’ un statut de matières premières, et cela de façon officielle.

Et pour ce qui est de savoir à qui elle s’adresse :

A ceux qui sont conscients qu’il faut évoluer vers d’autres modes de consommation. Et à ceux qui aiment les belles choses et qui préfèrent la qualité à la surconsommation.

Contact presse

Adoptez une ordure !
Anne Mingeau

Site : www.adoptezuneordure.fr
Facebook : https://www.facebook.com/Adoptez-une-Ordure-430769120295503/timeline
Mail : contact@adoptezuneordure.fr
Tel. 332 99 46 84 33

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>