“L’amour” comme produit de consommation courante ?

Communiqué de presse PDF Communiqué de presse DOC     

Selon l’INSEE, en 2014, les célibataires représentaient en France 39,4 % des personnes de plus de quinze ans (55 % en ajoutant les personnes veuves, séparées ou divorcées). On estime donc à 18 millions le nombre de français désireux de rompre leur solitude.

Dans ce contexte, le marché des sites de rencontres connaît un véritable essor, présentés comme une solution rapide et pratique pour trouver “l’âme sœur”.

Sauf que…

Les désillusions et les mauvaises surprises font – malheureusement – partie du jeu pour nombre d’inscrits sur ces sites nullement réglementés, où chacun est libre de s’inscrire sans aucun contrôle ni vérification.

CaptureUnicentre

Rencontre sur Internet : de la transgression, à la normalisation… à la marchandisation ?…

Certains sites misent par ailleurs sur le fait que l’amour ne serait pas fait pour durer, pire, ne serait qu’un jeu ou un business. Pourtant, nombreux sont les célibataires qui croient encore et toujours à l’amour, à de vrais et beaux sentiments, et à une relation durable qui se construit au fil du temps, en apprenant à se connaître.

Par exemple, sauf heureux et peu probables coups de foudre, on peut légitimement se demander comment participer à un cours de cuisine permettrait d’avoir un échange suffisant pour générer l’envie de se recontacter.

De plus, l’abondance d’études de plus en plus loufoques sur le sujet (comme par exemple “le Top des prénoms hommes et femmes les plus infidèles” ) posent question.

Ces deux seuls exemples pris (tant d’autres existent!), ne pourrait-on pas se demander si nos marchands de photos de profils Internet n’essaieraient pas de normaliser un état de fait qui devrait n’être que temporaire (le célibat) en une situation logique, permanente, et même… une norme désormais acceptée de tous ?

L’amour c’est comme l’oiseau de Twitter” pour reprendre la dernière chanson de Stromae…

Les français savent bien que l’amour n’est pas une marchandise… ils l’ont même inscrit dans la Loi

C’est pourquoi les déçus des sites de rencontres se (re)tournent de plus en plus vers une valeur sûre de l’univers de la rencontre : les agences matrimoniales.

Moins qu’un concurrent, Internet et les sites de rencontres qui ont banalisé la recherche de l’autre, apportent désormais aux agences matrimoniales les célibataires déçus.

La raison ?

Agnès Allou, responsable des agences matrimoniales UniCentre de Vincennes et Paris, explique :

Seules les agences matrimoniales sont réglementées par la loi et peuvent donc apporter aux célibataires les garanties de qualité et de sérieux qu’ils sont en droit d’attendre. Mes agences matrimoniales bénéficient en plus de très nombreuses années d’expérience, au contraire des sites internet qui apparaissent régulièrement…

Car l’amour ne se résume pas à un simple clic sur un profil qui nous interpelle, ou une photo que l’on trouve séduisante. Il faut du temps, de l’attention et de la volonté pour le construire.

Une garantie de sérieux de plus en plus recherchée

En ce qui concerne les agences matrimoniales, les choses sont en effet très claires. La loi prévoit certaines obligations et démarches à respecter, en termes d’information, de transparence et de conseil.

Un contrat, établi en double exemplaire, doit ainsi être rédigé en précisant certaines mentions obligatoires, à l’image du nom de l’agence, de son adresse ou celle du siège social, du détail de la prestation proposée, du tarif et des modalités de règlement. Sans oublier les délais de réflexion et de rétractation le cas échéant.

unicentre_gallery2

La législation prévoit par ailleurs une durée déterminée pour les contrats de maximum douze mois, avec interdiction de tacite reconduction. Obligations auxquelles s’ajoute le devoir de conseil des agences matrimoniales envers leurs clients.

Si elles peuvent paraître, de prime abord, contraignantes, ces obligations assurent néanmoins une sécurité pour les clients des agences matrimoniales.

Parce que oui, on peut rechercher l’amour, payer pour obtenir de l’aide, mais à condition de déontologie et de sincérité… pour avoir l’objectif de mettre un terme à une situation qui doit être temporaire !

Pas d’usines à princesses ou princes charmants

Comme le précise Agnès Allou,

Nous sommes dans le concret et devons, si besoin, faire prendre conscience à nos clients de l’aspect irréaliste ou utopiste de leurs requêtes. Nous ne fabriquons pas de princesses ou de princes charmants ! Et nous devons trouver le juste équilibre entre leurs souhaits et la réalité.

L’objectif est en effet de permettre de faire se rencontrer des célibataires dont les centres d’intérêt, les projets et l’état d’esprit sont susceptibles de constituer la base d’une relation durable.

D’où le rôle essentiel des conseillers d’une agence matrimoniale car, pour Agnès,

Si l’alliance de deux être exige beaucoup de volonté pour réussir, elle exige aussi de l’attention et de la perspicacité. Ce que nous essayons de leur apporter autant que possible, notamment par une sélection des plus rigoureuses, qui constitue une vraie valeur ajoutée.

A propos d’Agnès Allou, responsable d’agences matrimoniales

57C’est à l’âge de quarante ans, après vingt années passées dans l’univers de la banque, qu’Agnès Allou prend la décision de changer de voie professionnelle.

Elle intègre, en 1995, le réseau franchisé UniCentre et crée une agence à Vincennes, avant de reprendre, en 2011, l’agence parisienne.

Elle se consacre donc désormais à la rencontre sentimentale.

Contact presse

UniCentre
Agnès Allou

Site : http://www.unicentre.eu/
Mail : agnes.anosa@wanadoo.fr
Téléphone : 01 43 65 30 30

Agence – Paris

34 Avenue des Champs Elysées

75008 PARIS

Tél. 01 42 93 48 49

Agence – Vincennes

22 avenue du Château

94300 VINCENNES

(Bus/Métro Château de Vincennes)

Tél. 01.43.65.30.30

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>