“Considérations sur les Pathologies religieuses” d’André Borowski, un livre passionnant qui propose une alternative basée sur la méthode scientifique pour en finir avec les croyances religieuses

Communiqué de presse PDF Communiqué de presse DOC

En France et dans l’espace francophone, l’impact des croyances musulmanes est le phénomène religieux contemporain le plus visible, mais l’essor des croyances chrétiennes dans leurs versions évangéliques, souvent d’origine états-unienne, y est souvent sous-estimé.

On s’en tient souvent aux limites traditionnelles de l’action laïque française (et européenne) depuis 150 ans, qui s’interdit toute attaque contre les croyances religieuses en tant que telles, et qui préfère viser uniquement leurs manifestations politiquement dangereuses, principalement dans les domaines éducatifs, légaux et du terrorisme.

Le livre Considérations sur les pathologies religieuses (publié aux éditions L’Harmattan), propose une alternative globale différente de ce combat laïque classique, centré sur des demandes d’actions réglementaires et juridiques placées sous le contrôle du ministère de l’Intérieur (et des cultes). Ce combat fait actuellement l’objet de polémiques entre Monsieur Macron et Madame le Pen (source). De fait, la défense de la méthode scientifique se présente comme le seul socle solide contre le fanatisme religieux à opposer à ceux qui s’imaginent combattre « l’islamisme et les hordes de banlieue » au nom du catholicisme (source).

André Borowski propose de changer de cible en visant les croyances plutôt que les croyants (fanatiques ou non). Pour l’auteur, le « séparatisme » n’a en effet pas sa racine dans les discours de tel ou tel prêcheur, mais au cœur des croyances religieuses elles-mêmes, refuges de vains espoirs de « victoires » parmi les jeunes croyants chrétiens ou musulmans.

Pour s’en défaire, il faut lutter contre toutes les croyances religieuses, toutes les révélations, intrinsèquement dangereuses, indépendamment de leur contenu, au nom de la méthode scientifique.

L’auteur admet que la méthode scientifique est souvent non consensuelle, mais elle permet, par sa méthode de sélection impitoyable, de dépasser les oppositions entre points de vue (savants) opposés. Nous saurons dans deux ans qui avait raison sur la Covid-19, mais sur l’hypothétique divinité de Jésus, les paris sont ouverts depuis plus de 1000 ans, comme les affrontements entre chrétiens et musulmans sur le sujet…

André Borowski veut éradiquer les croyances religieuses, pour éviter de devoir s’en prendre à leurs premières victimes, les croyants, et cela sans toucher à leur « liberté de croyances ».

Couverture Livre v02

Dépasser les limites habituelles du combat laïque

D’Épicure à Bertrand Russell en passant par Julien Offray de La Mettrie et Carl Vogt, sans oublier Karl Marx et Richard Dawkins, ainsi que tant d’autres, l’histoire de la lutte contre la croyance n’est pas née d’hier, pas plus que la recherche d’une compréhension rationnelle, scientifique, des problèmes humains.

Ainsi, de multiples ouvrages ont traité des dégâts immenses créés par les religions (voir Pierre conessa, Avec Dieu, on ne discute pas !). André Borowski propose une approche différente en partant d’un constat : les croyances en tant que telles, lorsqu’elles sont organisées et structurées à grande échelle, sont intrinsèquement dangereuses car issues de révélations ni réfutables ni modifiables. Elles constituent donc une pathologie sociale.

Il serait vain de les interdire, puisqu’elles sont impossibles à emprisonner. En revanche, la science apparait comme une méthode permettant d’éliminer les connaissances erronées ou dépassées. Science et religion s’opposent car elles ont pour fondements des épistémologies radicalement différentes.

L’auteur propose la création de l’acronyme FARSIPP (Falsifiabilité, Répétabilité, Simplicité, Probabilité, Prédictibilité) pour décrire les critères de sélection de la méthode scientifique permettant de trier entre les modélisations les plus fiables de l’univers des humains. Les règles FARSIPP doivent également être utilisées pour estimer la valeur de vérité des croyances religieuses, en refusant un traitement différentié entre croyances et connaissances scientifiques.

Pour André Borowski, il est indispensable de passer d’une laïcité défensive (refus d’un État lié à une croyance) à une laïcité offensive (nécessité d’un État combattant toutes les croyances), dans tous les domaines (de l’éducation primaire à la santé reproductive).

Il souligne :

L’erreur est de considérer les croyances religieuses comme des préférences intellectuelles privées. A l’image du tabac, ce sont des pathologies. Elles doivent donc être traitées comme des enjeux publics importants, des questions politiques centrales au niveau national et international.

Les (grands) petits plus du livre

  • une approche originale : le problème des croyances religieuses “immuables” en tant que telles est traité en profondeur. Alternativement, l’usage généralisée de l’épistémologie scientifique apparait comme un facteur décisif de la paix entre les humains et les nations ;
  • les critères de vérité de la méthode scientifique sont explicités et synthétisés dans l’acronyme FARSIPP ;
  • une prise en compte des multiples dimensions politiques (internationale, intraétatique et interétatique) de la lutte contre les croyances identitaires et religieuses ;
  • une démarche qui explique nombre de phénomènes contemporains : irruption de l’islam dans les sociétés développées, conflits interreligieux indépassables, distorsions de perception de la réalité complexe du monde des humains (dans les domaines politiques, sociaux, médicaux …), montée du créationnisme… ;
  • une tentative d’explication des raisons de l’attrait des religions ;
  • une valorisation de la rationalité, de la méthode scientifique, de l’intelligence, des objectifs chiffrés et mesurables, et des mécanismes institutionnels à mettre en place pour  défendre et propager l’épistémologie scientifique ;
  • des esquisses de «recettes» pour mettre en place la lutte contre les croyances religieuses au niveau pratique.

Sommaire

Préface, par Pierre Conesa

Préambule

Avant-propos

L’importance centrale de l’épistémologie

Un examen de la religion qui considère les spécificités des différents niveaux du réel

Un retour à la raison nécessaire

Une nouvelle approche du phénomène religieux

Les limites du présent livre

Quelques autres remarques préliminaires

I – Les fondements

II – Face aux critiques épistémologiques

III – Sociologie des savants, relativité des savoirs ?

IV – Les problèmes de la communauté scientifique

V – Les croyants, et les autres…

VI – La morale et la spiritualité

VII – Les multiples facettes des religions

VIII – Les identités pathologiques

IX - Combattre le risque religieux

Annexes

Extrait

” De Zanzibar à Anchorage, le spectre de la croyance religieuse hante le monde. Beaucoup la pensaient morte ou inoffensive, apprivoisée et contrôlée. Le 11-Septembre a eu raison de ces illusions. La croyance religieuse surgit derrière chaque conflit entre les groupes humains pour conforter les « droits à la justice ». « L’infâme » (dixit Voltaire) ressort derrière chaque ignominie à grande échelle, derrière chaque oppression.

Pour la combattre, beaucoup veulent l’attaquer à coups d’arguties sentimentales et humanistes (« ce n’est pas bien d’oppresser les femmes »). Ces grandes âmes ne s’en prennent cependant généralement, de fait, qu’à une seule religion, ou à un groupe religieux, qui se sent alors attaqué par une autre croyance issue du « faux dieu ». Et la perception d’agression renforce souvent la cohésion interne du groupe.

Un des principaux obstacles rencontrés par ceux qui veulent limiter les risques liés à la croyance religieuse est la façade innocente de celle-ci, son apparence positive et compassionnelle. Que d’efforts pour faire comprendre que les religions, tout comme les sodas, sont des produits dangereux qu’il faut éloigner des enfants !

Un des socles importants de la croyance religieuse est l’acceptation très répandue d’un thème « moral » rabâché bien avant sa publication en 1879 par Dostoïevski dans son roman Les Frères Karamazov : « si Dieu n’existe pas, alors tout est permis ». Une idée à la fois courante et aberrante, reprise, hélas, implicitement par beaucoup. Or, la réalité du fondement « moral » de multiples comportements humains est plutôt le suivant: « Notre dieu existe, alors tout nous est permis ». Nous pouvons en voir l’effet pratique au travers de cette nouvelle de décembre 2014, la BBC annonçant alors : « Jihadist attacks killed more than 5,000 people in just one month. »

Il n’y a pas d’échappatoire. Il faut traquer partout les croyances – mais non les croyants. Agir au travers de la défense de l’épistémologie scientifique, de la méthode de connaissance utilisée par la science, n’est pas la voie la plus facile ni la plus simple, mais cette approche est universelle et clarificatrice. La méthode d’acquisition des connaissances – et non son contenu actuel (le savoir scientifique) – forme le critère de démarcation de la science. La généralisation de cette méthode, basée sur une épistémologie forte, sera sur le long terme un outil essentiel de la guérison.

Ce livre se veut d’abord une boîte à outils pour tous ceux qui comprennent les dangers des croyances religieuses et identitaires, mais qui font face à un obstacle de taille : la méthode scientifique pousse toujours à plus d’esprit critique, y compris sur elle-même. Or, la croyance religieuse, même celle destinée aux « clairvoyants », vise à anesthésier cet esprit critique. En face de ce brouillage massif, intrinsèque, multiséculaire, rétablir une perception correcte de la réalité des méthodes de connaissance est une tâche ardue.”

A propos d’André Borowski

André Borowski

Installé à Genève, André Borowski est amateur de sciences (physique, astronomie, biologie…), d’histoire (particulièrement celle des sciences, du XXe siècle, celle des religions) et d’économie. Il dispose d’une longue pratique professionnelle dans divers domaines techniques.

L’athéisme revêt pour lui une forme d’évidence, encore renforcée après le 11 septembre 2001.

Son livre Considérations sur les pathologies religieuses est le fruit d’une longue maturation qui a duré plusieurs années. Il est notamment une réponse à la dérive de certains intellectuels qui ont perdu la boussole du combat des lumières.

L’approche du problème religieux par l’épistémologie est probablement plus difficile mais, sur le long terme, plus efficace que la seule approche par les contenus dans la lutte contre les croyances à large échelle

Informations Pratiques

Considérations sur les pathologies religieuses d’André Borowski

  • Date de publication : 1 juin 2021
  • Editeur : L’Harmattan
  • Format : 15,5 x 24 cm
  • ISBN : 978-2-343-22889-1
  • EAN13 : 9782343228891
  • EAN PDF : 9782140180859
  • 374 pages
  • Prix : 37 € broché – 28,99 € version numérique

Pour en savoir plus

Site web : https://contra-religiones.com/

Le livre aux éditions L’Harmattan : https://www.editions-harmattan.fr/livre-considerations_sur_les_pathologies_religieuses_contra_religiones_andre_borowski-9782343228891-70114.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>