La douleur des animaux n’est pas une fatalité ! CAPdouleur fête ses 5 ans et continue de militer pour l’amélioration des soins des animaux de compagnie

Communiqué de presse PDF Communiqué de presse DOC

Il a fallu attendre 2015 pour que les animaux soient considérés comme des êtres sensibles dans le Code civil (source).

Mais combien de temps encore avant que leur douleur soit enfin prise en compte ? Alors que les propriétaires d’animaux de compagnie cherchent à offrir la meilleure qualité de vie à leurs amis à quatre pattes, il y a encore beaucoup d’idées reçues autour de la souffrance animale.

Nombreux sont ceux ou celles qui considèrent qu’ils n’éprouvent aucune douleur ou qu’ils la supportent mieux grâce à un organisme adapté. D’autres estiment qu’il s’agit d’une fatalité, surtout si la douleur est chronique, et qu’il n’y a rien à faire.

Résultat : l’animal souffre inutilement, parfois intensément, sans que son propriétaire en ait conscience.

Thierry Poitte, le fondateur de CAPdouleur, souligne :

Aucune douleur n’est normale ! Aujourd’hui, il est indispensable de lutter contre ces préjugés intolérables. Un animal qui souffre doit être soulagé sans attendre.

Déjà très engagé auprès des vétérinaires, CAPdouleur fédère aujourd’hui plus de 500 cliniques, 1 700 vétérinaires et 2000 auxiliaires spécialisés partout en France. Avec une mission : favoriser le partage des compétences et les échanges, afin d’améliorer la prise en charge de la douleur chez l’animal de compagnie.

Pour fêter ses 5 ans, CAPdouleur souhaite désormais sensibiliser le grand public, et plus particulièrement les propriétaires de chiens, de chats et de NAC (nouveaux animaux de compagnie), au sujet de la douleur animale. Une application a notamment été lancée pour aider à évaluer la souffrance de leur compagnon à quatre pattes.

 

20210510115210-p1-document-vfkj

 

La douleur chez l’animal : un signal d’alarme a toujours prendre en compte

Les chiens et les chats sont plus résistants à la douleur que les humains. Donc lorsqu’ils montrent des signes de douleur, cela signifie que leur souffrance dépasse celle que nous pourrions supporter.

Un animal qui va bien est un animal qui ne souffre pas. Ne rien faire face à sa douleur, c’est laisser son chien ou son chat devenir vulnérable et développer potentiellement des handicaps fonctionnels et des perturbations émotionnelles qui vont dégrader sa qualité de vie.

Heureusement, il y a une bonne nouvelle : avec une prise en charge adaptée, la douleur n’est pas une fatalité. Les chiens, les chats et les NAC peuvent être soulagés, ce qui transforme totalement leur comportement. Ils retrouvent de l’autonomie, une belle vitalité et l’envie de jouer. En bref, ils redeviennent eux-mêmes… pour le plus grand plaisir de leurs propriétaires.

Quels sont les signes qui doivent inquiéter ?

Plusieurs paramètres sont à prendre en compte :

  • les signes fonctionnels : sa capacité à se relever et à se coucher, son envie de se promener ou de jouer, sa capacité à bouger après avoir fait des exercices, …
  • la qualité de la douleur : spontanée ou non, l’impression de décharges électriques, le léchage localisé, des réactions exagérées au toucher, ….
  • les signes comportementaux : la peur d’avoir mal, l’anxiété, la tristesse, le refus de jouer, l’irritabilité, la qualité de son sommeil, le refus des contacts…

Capdouleur-gp-01_light-1024x683

L’application CAPdouleur : un outil intuitif pour devenir acteur du bien-être de son animal

CAPdouleur a développé une app “nouvelle génération” pour simplifier le suivi de chaque animal.

Ce projet est né d’un constat : les propriétaires connaissent leur animal mieux que quiconque. De plus, il est plus facile d’évaluer les changements fonctionnels et comportementaux quand l’animal est dans son environnement habituel.

Mais en pratique, comment juger l’importance de la douleur de son animal favori ? Et comment expliquer à l’équipe vétérinaire pendant la consultation ce qui a été observé à la maison ?

Avec l’appli, tout devient simple :

  1. Lors d’une première consultation avec un vétérinaire membre du réseau CAPdouleur, une première évaluation est réalisée conjointement avec le propriétaire de l’animal et la grille est élaborée.
  2. Le propriétaire de l’animal télécharge l’application et accède à la grille personnalisée.
  3. Chez lui, il peut alors faire des évaluations autant de fois que nécessaire et transmettre en 1 clic le résultat à la clinique.

Le suivi est ainsi beaucoup plus précis, facile, régulier et efficace.

CSOm-CAPdouleur-CAS-01-V02-01-1024x724

CAPdouleur : le seul  réseau de la santé animale dédié à la prise en charge de l’animal douloureux.

CAPdouleur est un réseau qui s’appuie sur une plateforme digitale unique, créée par des experts et spécialement conçu pour les praticiens.

Sa force : des outils 100% pratiques et fonctionnels, faciles à mettre en œuvre, afin de changer les pratiques en profondeur. Par exemple, son application d’évaluation de la douleur est unique, il n’existe aucun autre équivalent mettant en commun vétérinaires et propriétaires.

capdouleur-Gp-light1-1024x684

Son approche s’appuie sur 5 piliers fondamentaux :

  • Alliance thérapeutique : vétérinaires et propriétaires agissent et décident ensemble.
  • Evaluation partagée : le propriétaire participe à l’évaluation de la douleur de son animal via des outils connectés.
  • Approche individualisée : chaque animal est unique, chaque douleur aussi. Le projet thérapeutique est donc toujours personnalisé.
  • Projets thérapeutiques complets : ils peuvent inclure ou non des solutions médicamenteuses (nutrition clinique, physiothérapie, biothérapies…).
  • Parcours dans la durée : à la fois en clinique et à distance grâce à nos outils innovants pour un meilleur suivi.

À propos de Thierry Poitte, fondateur de CAPdouleur

Thierry-Poitte-CAPdouleur-4-682x1024

CAPdouleur a été créé par Thierry Poitte, docteur vétérinaire praticien. Diplômé de l’École Nationale Vétérinaire de Toulouse, Thierry Poitte est titulaire d’un certificat d’Études supérieures de chirurgie ostéo-articulaire et orthopédie animales et d’un diplôme interuniversitaire de formation des professionnels de santé à la prise en charge de la douleur.

Il est référent scientifique Santé Animale de l’Institut Analgesia, membre du CAPEG (Companion Animal Pain Education Group) et du Zoetis Global Pain Advisory Board. Il est également lauréat du prix 2015 de l’Ordre des vétérinaires pour récompenser, selon le président Michel Baussier :

Une démarche à la fois scientifique, éthique, managériale et de communication.

Il a fondé le think tank CAPwelfare, qui est dédié au bien-être de l’animal de compagnie.

En 2019, Laëtitia Boisselier a rejoint l’aventure CAPdouleur en tant que Directrice des opérations pour mettre son expérience au profit d’un projet qui lui tient à cœur. Vétérinaire de formation, elle a fait toute sa carrière en industrie, dans les ventes et marketing de la santé animale.

Pour en savoir plus

Site web : https://www.capdouleur.fr/

Trouver une clinique Capdouleur : https://www.capdouleur.fr/recherche-cliniques/

Facebook : https://www.facebook.com/CAPdouleur

LinkedIn : https://www.linkedin.com/company/11009161

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>