Un jeans durable est-il forcément éthique ? La marque écoresponsable Fairblue Jeans sensibilise les consommateurs à la réalité de la production textile

Communiqué de presse PDF Communiqué de presse DOC

On associe souvent les mots éthique et durable. Ils font aujourd’hui partie de notre vocabulaire quotidien, surtout depuis la crise de la Covid-19, qui a éveillé les consciences.

Mais il faut bien comprendre que ces deux mots n’ont rien à voir : il existe des produits durables qui ne sont pas conçus de façon éthique, et des produits conçus de façon éthique qui ne sont pas durables.

Le challenge des marques qui veulent avoir une démarche véritablement écoresponsable est d’associer un procédé de fabrication durable à des conditions de travail éthiques. C’est malheureusement aujourd’hui très loin d’être toujours le cas, et de nombreuses marques optent pour le greenwashing plutôt que pour l’écoresponsabilité.

Pour éveiller les consciences, la marque française Fairblue Jeans dévoile les dessous de l’industrie du jeans, et explique les solutions qu’elle a choisies pour fabriquer des jeans véritablement écoresponsables.

Screenshot at Apr 29 06-43-25

Le coût humain de la production textile

Les conditions de travail dans les usines textiles situées en Asie centrale et du Sud-Est, voire même plus près de la France, sont très éloignées de ce que le code du travail français prescrit. Cela est dû fait qu’il n’existe tout simplement pas de droit du travail dans certains pays, ou que celui-ci n’a pas été conçu pour vraiment protéger les travailleurs.

« Bien souvent, il s’agit plus d’un non-droit du travail, car les populations sont nombreuses et vivent au jour le jour », explique Élie Cohen, fondateur de Fairblue Jeans. « Il se résume à : c’est comme ça, si ça ne te plait pas, va-t’en, il y a des centaines de femmes et d’hommes prêts à prendre ta place ».

Les coups et autres abus sont monnaie courante, et le travail s’apparente à de l’esclavage (très peu) rémunéré. Les ouvriers travaillent souvent 12 heures par jour, 6 jours sur 7, avec un contremaître qui tient une baguette.

FAIRBLUE7

La corruption, obstacle à la production éthique

Souvent, les inspecteurs des grands cabinets internationaux d’audit social sont locaux. « Ils sont facilement corruptibles, car devant une enveloppe contenant 6 mois de salaire, il leur est difficile de résister », poursuit Élie Cohen, qui connait bien la situation pour avoir travaillé pendant plus de vingt ans en Asie.

Les directeurs d’usine obtiennent ainsi des rapports d’audit mensongers, parfois établis par des inspecteurs qui travaillent pour des cabinets d’audit sérieux et renommés internationalement. L’exemple de la tragédie du Rana Plaza est parlant : l’immeuble qui s’est effondré au Bangladesh en 2013, tuant 1135 personnes, bénéficiait d’un rapport d’audit récent émis par un cabinet d’audit mondialement reconnu.

Suite à cet accident, plusieurs pays se sont réunis pour créer ACCORD, un organisme qui n’enverra pas d’inspecteurs locaux et qui réalisera un audit sur la qualité des installations, en plus de l’audit social.

« Aujourd’hui, il est quasiment impossible de produire de façon vraiment éthique dans de nombreux pays », souligne Élie Cohen. « Si on veut savoir avec certitude si le vêtement que l’on apprête à acheter est éthique, il suffit de regarder sa provenance sur l’étiquette et de se demander à quoi peut ressembler le droit du travail dans ce pays ».

 FAIRBLUE4

Le jeans, un gros pollueur

Un produit durable est conçu en utilisant des matières premières et des procédés de fabrication qui ne polluent pas. Le problème, c’est que l’industrie textile est une très mauvaise élève en matière de pollution.

Il y a plusieurs façons de polluer, explique Élie Cohen. La pollution peut être due à une consommation d’eau excessive, qui se mesure avec ce que l’on appelle l’empreinte eau. Un jeans traditionnel nécessite ainsi 10 000 litres d’eau.

La distance géographique augmente également l’empreinte carbone des produits, quand ils sont conçus à partir de différents éléments qui proviennent de différents pays du monde, et qui font ensuite des milliers de kilomètres pour arriver dans les magasins. « Un jeans fait en moyenne une fois et demie le tour du monde », précise le fondateur de Fairblue.

La production de jeans pollue par ailleurs les cours d’eau, à cause des rejets de produits chimiques et d’eaux usées dans la nature. Ainsi, 45% des rivières d’Asie du Sud-Est sont extrêmement polluées. « Il y a une triste blague en Chine », raconte Élie Cohen. « Elle dit que si on veut savoir quelle sera la couleur à la mode la saison prochaine en Europe, il suffit d’aller regarder la couleur de la rivière ».

FAIRBLUE6  FAIRBLUE5

Les obligations des marques durables

Une marque textile qui se veut durable doit faire des choix stricts dans les différentes étapes de sa production. Elle doit faire attention à sa matière première, en choisissant par exemple du coton bio bénéficiant d’un label sérieux.

Elle doit également choisir avec soin l’usine dans laquelle elle compte réaliser sa production. Celle-ci doit limiter les rejets et l’utilisation d’eau, recycler l’eau, et adopter une politique stricte de « zero discharge, zero pollution ».

Produire de façon durable n’est pas facile, car peu d’unités sont équipées pour cela, même en Europe. Heureusement, il existe aujourd’hui des labels qui guident les producteurs et les consommateurs. ZDHC accorde ainsi son label à des usines triées sur le volet, qui sont en mesure de respecter leur cahier des charges, avec un contrôle régulier.

Le label GOTS est également un gage de sérieux : c’est un des labels de coton bio de référence, qui ne fait pas de compromis sur ses exigences.

FAIRBLUE10

Le greenwashing, un véritable fléau

Certaines marques veulent donner l’illusion qu’elles produisent de façon responsable. Elles utilisent plusieurs méthodes. Par exemple, elles produisent en Europe avec du coton bio mais n’utilisent pas les machines qui permettent de limiter les consommations d’eau et de produits synthétiques.

Elles peuvent également utiliser des bouteilles en plastique recyclées, qui entrent de façon infime dans la composition du produit, et le mettre en avant dans leur communication. Certaines marques plantent un arbre pour chaque produit acheté, mais là encore, c’est l’arbre qui cache la forêt de la pollution que génère son process de production.

unnamed2

Focus sur la démarche écoresponsable irréprochable de Fairblue Jeans

Fairblue Jeans est sans doute la marque de jeans la plus écoresponsable d’Europe. Sachant parfaitement bien ce qui se passe en Asie, Élie Cohen a décidé de faire produire ses jeans uniquement en Italie, et le droit du travail européen régit ses usines.

Le fondateur de Fairblue Jeans aurait aimé fabriquer ses jeans en France, mais, pour l’instant, ce n’est pas possible car il n’existe pas d’usine labellisée ZDHC capable de faire du délavage sans eau.

Fairblue propose des jeans premium dans une très belle qualité de denim italien, exclusivement en coton bio labellisé GOTS, dans une gamme de prix raisonnables allant de 100 à 150 euros.

Pour plus de transparence, la marque décrit clairement son processus de fabrication sur son site. Le denim est délavé au laser et à l’ozone, sans eau, dans une usine labellisée ZDHC. Elle a obtenu le label Jeans Redesign de la fonction Ellen Macarthur, qui est accordé aux marques respectant un cahier des charges strict et durable.

FAIRBLUE8

Sélection de jeans Fairblue Jeans

Raphaël –  Jeans skinny effet destroy pour homme

skinny

Ce jeans à la coupe très ajustée, best-seller de la gamme homme de Fairblue, a été remarqué par plusieurs magazines américains et français. Facile à assortir, il a un effet destroy et déchiré sur l’avant et à l’arrière de la cuisse.

Lise – Jeans boyfriend taille haute blanc cassé


FAIRBLUE12

Ce jeans à la coupe droite boyfriend et à taille haute est fait de coton biologique et d’élasthane, ce qui garantit un grand confort.

Bless – Jeans slim pour femme forme push-up et split pant, impression au laser

FAIRBLUE2 

Ce jeans slim est orné de motifs floraux imprimés au laser qui lui donne un style unique. Sa découpe push-up met naturellement les formes en valeur.

À propos d’Élie Cohen, fondateur de Fairblue Jeans

Élie Cohen travaille dans le domaine de la mode depuis 1985. Pendant plus de deux décennies, il a produit des vêtements en Asie en marque de distributeur pour de nombreuses enseignes de mode.

En 2019, il décide de créer sa propre marque de jeans. Le déclic est venu du visionnage du documentaire River Blue.

« Cela été un vrai choc, et j’ai fait le lien avec beaucoup de choses que j’aie vues en Asie pendant des années sans vraiment m’en soucier », explique-t-il.

Le choix de faire du jeans son produit phare s’est imposé comme une évidence, le jean étant son produit favori. Élie Cohen a opté pour une démarche écoresponsable, en proposant des jeans véritablement éthiques et durables.

Fairblue Jeans ambitionne aujourd’hui de développer sa gamme de produits en denim éthiques et durables, en proposant sur son site des vestes en jeans, des robes en jeans et des jupes en jeans.

FAIRBLUE11

Pour en savoir plus

Site web : https://fairbluejeans.com

Facebookhttps://www.facebook.com/fairbluejeansofficiel

Instagramhttps://www.instagram.com/fairbluejeans

Pinterest: https://www.pinterest.fr/fairbluejeans

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>