4 associations à l’initiative d’ un protocole sanitaire réclament de pouvoir organiser un “mariage test”

Communiqué de presse PDF Communiqué de presse DOC

En raison de la pandémie de Covid-19, le secteur du mariage et de l’événementiel connait une crise sans précédent.

En 2020, les acteurs du secteurs ont déjà perdu pour la grande majorité plus de 70% de pertes de chiffre d’affaires, et plus de 2/3 des fêtes de mariages ont été reportés en 2021. (source).

Mais pourront-elles avoir lieu ? A ce jour, le secteur est très inquiet face au manque total de visibilité en ce début d’année 2021.

Or il y a urgence à agir, car les mariages prévus ce printemps commencent déjà à être reportés ou annulés, entraînant des conflits juridiques et économiques entre les organisateurs et les prestataires. Avec, au final, de très lourdes conséquences financières : si le Fonds de Solidarité actuel permet de couvrir les charges fixes des professionnels du secteur, il sera insuffisant pour rembourser les acomptes.

Les professionnels du mariage sont-ils les grands oubliés de la reprise ?

Entre juillet et septembre 2020, seulement 40 000 fêtes de mariages ont pu s’effectuer, car les mesures sanitaires n’étaient pas aussi fortes et les vaccins encore inexistants.

L’année 2021 ne peut pas être pire ! Aujourd’hui, les vaccins, les tests de dépistage, l’application « TousAntiCovid », les masques, les gestes barrières, ainsi que l’engagement formel des lieux de réception, prestataires et organisateurs, doivent permettre de réunir les conditions pour que les mariages puissent se tenir, à nouveau et plus largement, en toute sécurité.

Il y a d’ailleurs un réel besoin d’équité et de lisibilité quant aux mesures sanitaires déjà prises :

  • les festivals pourront désormais rassembler 5000 personnes d’après le Ministère de la Culture (source), alors qu’un mariage réunit en moyenne 110 invités en France dans de très vastes ERP de type L (châteaux et domaines principalement) ;
  • les soirées musicales et dansantes télévisuelles peuvent se tenir sous+ prétexte “de respect de protocoles stricts et de tests avant évènements”.

 

20201223110003-p1-document-utvn

 

Le secteur du mariage réclame donc de pouvoir bénéficier des mêmes dispositifs.

À ce jour, seuls les mariages, seuls les mariages civils et religieux sont autorisés. Mais comment imaginer que les convives ne se déplacent uniquement le temps de ces célébrations et se séparent ensuite sans prendre le temps de se rassembler ?

C’est donc pour inscrire leur activité dans le dialogue et la co-construction avec le gouvernement, que l’UPSE, La Demeure Historique, l’Assocem et le Sydhev ont travaillé sur un protocole sanitaire strict afin de sécuriser une reprise pérenne de leurs événements.

Dans ce contexte, 4 associations partenaires ont élaboré un protocole événementiel spécifique au secteur du mariage, en concertation avec l’ensemble des métiers qu’elles représentent : l’UPSE (Union des Prestataires Solidaires de l ‘Evènementiel), La Demeure Historique (Association représentant les Châteaux et Monuments Historiques), l’Assocem (Association représentant les wedding-planners de France depuis 10 ans) et le Sydhev (Syndicat Professionnel des Hébergeurs d’Evènements).

Une première version de ce protocole avait déjà été transmise au Gouvernement durant l’été 2020. Cette nouvelle mouture actualisée vient de lui être envoyée avec un triple objectif : sauver ce secteur d’activité en difficulté, renouer avec la confiance des élus, mais aussi ramener du lien social et de la vie économique sur toute la France.

Créer un cadre juridique et sécurisant pour tous

La pire des solutions serait de ne rien faire. Alors que les lieux de réception, prestataires et organisateurs sont prêts à se porter « Référent Risque Sanitaire », il est notamment important d’éviter toutes les décisions qui conduiraient à l’explosion des rassemblements sauvages.

Nous voyons en effet de plus en plus de couples choisir des résidences de famille pour leurs festivités mais aussi certains lieux qui se disent « privé » proposer la location de leurs propriétés pour permettre l’organisation de rassemblements “illicites”. Or ils font courir un vrai risque sanitaire et nuisent à l’économie de tout un secteur.

Les professionnels du mariage attendent donc du Gouvernement d’avoir un cadre juridique clair sur ce qui est autorisé et proscrit à minima sur les 4 prochains mois (même s’il s’agit de scénarios fonction de l’évolution sanitaire du pays). L’attente des prestataires et futurs mariés est pressante car tous préfèrent des directives précises des directives précises,  même contraignantes, pour pouvoir se positionner sereinement et éviter des conflits juridiques.

D’ailleurs, des solutions peuvent être immédiatement opérationnelles pour sécuriser les évènements : de même que des grandes surfaces contrôlent l’âge des clients via leur carte d’identité avant de vendre certains produits, les lieux de réception sont prêts à exiger des tests négatifs avant d’ouvrir leurs portes au public.

Pour prouver l’efficacité et la fiabilité de leur protocole sanitaire, l’UPSE, La Demeure Historique, l’Assocem et le Sydhev  sollicitent désormais les Ministères afin d‘obtenir l’autorisation d’un  « mariage test » mettant en pratique le protocole sanitaire.

Au même titre que des concerts tests sont organisés, un mariage test démontrerait que notre protocole sanitaire permet de sécuriser et d’encadrer les mariages prévus cette année. Notre secteur ne survivra pas à une nouvelle saison blanche. De nombreux  mariages de 2020 ont été reportés hors saison pour ne pas bloquer la saison 2021… qui va donc débuter dès le mois de mars.

Une forte mobilisation autour de cette initiative

La première version du protocole sanitaire avait déjà été appréciée et soutenue par les préfectures durant l’été 2020. Mais elles ont attendu, en vain, une validation pour le transmettre aux élus territoriaux et notamment aux maires en raison de leur lien étroit avec les futurs mariés.

Aujourd’hui,  l’UPSE, La Demeure Historique, l’Assocem et le Sydhev sollicitent les préfectures, sénateurs, maires…afin qu’ils les soutiennent dans cette démarche et l’appuient auprès du gouvernement. Car avant même une éventuelle validation de cette version actualisée, les mariés et prestataires ont besoin de savoir que leur sort n’est pas oublié et que leurs associations représentatives ont un interlocuteur auprès de qui dialoguer sur cette situation.

De nombreuses grandes entreprises du secteur ont déjà fait savoir qu’ils soutiennent le protocole et les actions mises en place. C’est notamment le cas de :

  •  LesiteduMariage.com (Les Editions Seban), organisateurs du Salon du Mariage de Paris ;
  • Mariages.net, le portail leader Mondial du Mariage en France ;
  • 1001salles, numéro 1 des lieux de réception.

À propos des 4 associations partenaires ayant élaboré le protocole

UPSE (Union des Prestataires Solidaires de l ‘Evènementiel)

L’union des Professionnels Solidaires de l’Evènementiel a pour but de représenter les prestataires de l’évènementiel privé, d’entreprises et des collectivités sur le territoire national, soit 55 000 TPE, PME et Micro-entrepreneurs.

Lancée en mars 2020 pour aider les professionnels du secteur à faire face aux conséquences de la pandémie de Covid-19, elle compte déjà plus de 3 000 adhérents.

logo-site-upse

La Demeure Historique

La Demeure Historique représente, accompagne et conseille les acteurs du patrimoine que sont les propriétaires-gestionnaires de monuments et jardins historiques privés dans leur mission d’intérêt général de préservation et de transmission.

Association nationale fondée en 1924 et reconnue d’utilité publique depuis 1965, la Demeure Historique regroupe plus de 3 000 monuments : manoirs ou châteaux, abbayes ou prieurés, ateliers ou forges, hôtels particuliers, jardins ou demeures remarquables, dont près de la moitié accueille chaque année plus de 9 millions de visiteurs.

Quel que soit son statut, chaque adhérent est à même de trouver au sein de l’équipe du siège conseils et expertise et au sein de la communauté des adhérents, expériences à partager et solidarité.

Demeure historiques

L’Assocem

Depuis 2010, l’Assocem représente les wedding-planners, wedding designers et officiants de cérémonie. Créée en avril 2011 par l’actuelle Présidente Virginie Mention (Ceremonize) et Anne-Claire Couillard (BG Agency), deux organisatrices de mariage depuis 2009, elle compte aujourd’hui une centaine de membres.

Son origine ? Un constat fait par les deux jeunes femmes. Il n’existait alors aucune représentation officielle de ce métier dans notre pays.

L’association a notamment pour objectif de promouvoir le métier d’organisateur de mariage, de wedding designer et d’officiant de cérémonie laïque auprès du public, des administrations et des médias. Elle travaille aussi à la professionnalisation de ces métiers en fédérant des entreprises ayant prouvé leur savoir-faire et prestations qualitatives.

20201223110003-p1-document-utvn

Sydhev

Le Syndicat Professionnel des Hébergeurs d’Evènements a pour but de fédérer autour de projets pour cette profession, à commencer par la structuration et la reconnaissance d’un métier de plus en plus développé.

SYDHEV

Pour en savoir plus

Assocem

Site web : https://www.assocem.org/

Facebook : https://www.facebook.com/Assocem.France

Instagram : https://www.instagram.com/assocem_france/

UPSE

Site web : https://www.upse.fr/

Facebook : https://www.facebook.com/associationupse/

LinkedIn : https://www.linkedin.com/company/upse/

La Demeure Historique

Site web : https://www.demeure-historique.org/

Facebook : https://www.facebook.com/LaDemeureHistorique

Twitter : https://twitter.com/PresidentDH

Sydhev 

Facebook : https://www.facebook.com/sydhev/about/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>