“Dieu vit dans une graine de moutarde” d’Alice Andréa : un vif plaidoyer pour la vérité des messages anciens à redécouvrir d’urgence

Communiqué de presse PDF Communiqué de presse DOC

Alice vit au Pays basque. Telle la fourmi qui tapote ses antennes, elle dresse les siennes pour capter les ondes du monde qui l’entoure.

Les antennes d’une petite fourmi captent certainement les vibrations de l’univers qui nous échappent et si nous lui empruntions ses yeux, nous pourrions peut-être y voir plus clair.

Et si tout l’univers était contenu dans une simple graine de moutarde, dans l’infiniment petit ? Et si tout ce qu’on croyait vrai était faux ?

Avec ce livre, édité chez Terre en Ciel, Alice Andréa propose de redécouvrir d’urgence la force de notre libre-arbitre et des pouvoirs qui sont les nôtres, à travers les messages cachés depuis l’aube des temps, en Egypte ou sur nos chemins de Camargue, dans les toiles de Vinci ou dans les rouleaux posés sur le sable, au fond d’une grotte à Qumran, redécouverts il y a 70 ans : la force et la persévérance qui sont en nous, le chemin des Cathares et ”La Cène” de Vinci, la beauté d’un massif de Camargue, Hermès et Thot, le message d’un homme et d’une femme, délivré puis caché il y a 2 000 ans… Avec un seul mot d’ordre : croyez en vous.

 

“Dieu vit dans une graine de moutarde” est un livre attractif tant sur le fond que sur la forme, avec un style décapant et un message inspirant. A mettre entre toutes les mains.

dieu-vit-dans-une-graine-de-moutarde

Synopsis

Je ne sais pas vous, mais moi, je me suis toujours demandé comment un brin d’herbe pousse.

Évidemment la question peut paraître anodine. Je ne crois pas qu’elle le soit.

Alors j’ai cherché. J’ai fait se rencontrer les dernières découvertes en physique quantique, les neutrinos qui nous traversent à chaque instant et qui expliquent ce que l’on appelle les synchronicités, les sagesses des divinités anciennes, et les savoirs guérisseurs des Cathares, persécutés par l’Eglise Catholique comme les Templiers. Il ne semble pas que les agissements des hommes s’inscrivent toujours dans la recherche du bien commun. Une graine, un brin d’herbe, une fourmi, si.

Et les hommes, se croyant à l’abri de leurs certitudes qu’ils ont mis tant de mensonges à construire, si égotiques qu’ils lui ont fait croire à sa toute-puissance, ne comprennent pas ce dieu qui les aurait faits à son image, oublient qu’en détruisant la nature, c’est ce dieu lui-même qu’ils répudient en eux.

Et redécouvrant La Cène de Léonard de Vinci, j’ai découvert un secret. Je le partage avec vous, alors qu’il nous a déjà été transmis par delà les siècles.

Ce voyage dans le temps est issu de 20 ans de recherches sur les traductions des manuscrits de la mer morte et les travaux de Nassim Haramein, Greg Braden et Roger Penrose, où je fais échanger lors d’un diner à Anglet Amélie Mauresmo, Joel de Rosnay, Hubert Reeves et bien d’autres découvreurs, autour de l’épigénétique et des pouvoirs de notre corps et de notre mental.

Sommaire

Partie I

  • L’enfance du monde
  • L’ego est un jeu de construction

Partie II

  • L’adolescence du monde
  • Sortir des paradigmes

Partie III

  • La quantique des cantiques
  • Le futur se crée

Extrait

“Seul. Dans le noir. On n’est plus que soi, confronté à soi. Confiné en nous-même, avec ce colocataire jusqu’ici invisible, cet étranger solitaire qui a grandi à nos côtés sans qu’on ne lui ait jamais vraiment demandé comment il allait, que nous n’avons jamais pris le temps de connaître. On préférait jusqu’ici regarder les satellites explorer des exoplanètes au journal de 20h et se laisser à peine toucher par cette information, superficiellement, plutôt que d’entrer en soi. Plutôt que de comprendre que oui, nous sommes Dieu, capables de créer et libres de penser, nous avons remis notre liberté, d’être, de ressentir, à quelqu’un d’autre, un amant, une épouse, un enfant ou un père, à un journal télévisé ou un autre objet numérique qui nous dit comment être heureux comme le bulletin de vote d’une vie par procuration.

Alors quand le choc arrive, l’ego tout rabougri par tant de souffrance et de solitude, certains quittent tout, marchent des jours sur le chemin de Compostelle, ou partent faire ce voyage qu’ils avaient laissé de côté, comme donnant enfin vie à leurs rêves d’enfant, « puisque tout est foutu ». Dans tous les sens du terme, ils ont mis les voiles, abandonnant leur sort à la fatalité, se prenant enfin à voir que la vie est merveilleuse quand on veut bien arrêter de jouer au hamster dans sa roue et porter un minimum d’attention au paysage alentour.

N’attendons pas le choc. Profitons des infinies possibilités de la vie avant qu’il n’arrive. Parce qu’on est là pour ça : être vivant. C’est-à-dire se relier à tout ce qui vit, même si l’on est seul dans la nature, seul contre l’adversité, ou seul contre tous. Ressentir cette force en nous, qui nous fait avancer, persévérer, pour enfin se reconnecter à soi. Martin Luther King, Jésus ou Mandela nous ont montré le chemin. Rien ne nous empêche de l’emprunter un jour, quand c’est le moment.”

A propos d’Alice Andréa, Chercheuse et empêcheuse de tourner en rond

20201103155849-p2-document-zoku

Diplômée de Sciences Po, parlant 4 langues, ancienne communicante pour un théâtre lyonnais, Alice André a côtoyé les plus grands acteurs de la scène française 10 saisons durant.

Elle a refusé les ors de la république pour préférer vivre au pays basque où elle habite depuis 20 ans.

Dieu vit dans une graine de moutarde est son premier essai et le fruit d’un projet qui l’habite depuis toujours.

Elle confirme  :

C’est en allant à l’écoute de mes clients en recherches biographiques que j’ai commencé à écrire ce livre qui trottait quelque part entre mes neurones et mon cœur.

Hérétique et investigatrice, pour elle, nous sommes des australopithèques 2.0 qui n’avons pas fini d’évoluer, allant de guerres iniques en prédations de tous genres sur la planète.

Son objectif ?

Qu’un maximum de gens réapprennent à penser. En ces temps où l’homme se confine, où les cygnes se multiplient sur les canaux de Venise comme d’autres signes se multiplient aussi pour ouvrir nos yeux et nos oreilles, nous voyons enfin que nous avons le choix de respecter la vie et de grandir avec elle, ou de continuer à jouer à ce Monopoly mondial et absurde, où les jeux d’argent et de pouvoir poussent sans cesse Caïn à tuer son frère Abel.

Et que les hommes accueillent enfin la beauté, et comprennent ce que nous dit la physique quantique :

“Car si vous aviez la foi comme une graine de moutarde, vous diriez à cette montagne de se déplacer, et elle se déplacerait.”

Informations Pratiques

“Dieu vit dans une graine de moutarde” d’Alice Andréa

  • Editeur : Terre en Ciel
  • 206 pages
  • Format : 16 x 24 cm
  • ISBN : 2956338048
  • Prix : 19,90 €

Pour en savoir plus

Commander le livre chez l’éditeur : https://terre-en-ciel.com/accueil/7-dieu-vit-dans-une-graine-de-moutarde-9782956338048.html

Le livre à la Fnac : https://livre.fnac.com/a15023959/Alice-Andrea-Dieu-vit-dans-une-graine-de-moutarde

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>