En finir avec le tabou lié aux règles : un problème majeur d’éducation selon Gaëlle Baldassari, la créatrice de “Kiffe ton Cycle”

Communiqué de presse PDF Communiqué de presse DOC    

Il y a une réalité en France qui semble à peine concevable : en 2020, les règles sont encore un tabou. Depuis des années, des militantes tirent la sonnette d’alarme, dénonçant les enjeux sanitaires, économiques, et éducatifs autour des menstruations.

Pourtant, il a fallu un rapport parlementaire, présenté le 11 février dernier par les députés Laëtitia Romeiro Dias (LaREM) et Bénédicte Taurine (LFI), pour que le sujet vienne enfin sur le devant de la scène (source).  Et pour tenter de changer la donne, ce sont 47 propositions qui ont été mises sur la table concernant notamment la précarité menstruelle, qui touche 1,7 millions de femmes en France, ou encore la composition des tampons (souvent toxiques).

Le rapport insiste également sur la nécessité de “réhabiliter les menstruations et le sexe féminin” et de “mieux informer” sur les menstruations.

Il faut dire qu’il y a urgence ! Gaëlle Baldassari, la créatrice de Kiffe ton Cycle, a réalisé une enquête auprès de plus de 2 400 femmes sur le vécu de leur cycle menstruel. Il en ressort notamment que plus d’1 femme sur 2 (55%) considèrent avoir été trop peu informées au moment de leur puberté.

Et pour cause ! Comme le montre le rapport, le sujet des règles n’est abordé généralement qu’en quatrième, alors que nombre de filles sont réglées bien avant.

Pour Gaëlle, la question de l’éducation est vraiment une priorité. Durant chacune de ses conférences et formations autour du cycle menstruel, elle a en effet découvert l’ampleur du manque d’information qui existe autour de ce sujet. Une carence qui n’est pas sans conséquence sur la vie des femmes : la moitié de l’humanité a ses règles en moyenne 450 fois au cours de sa vie !

Elle livre ici des pistes concrètes pour en finir avec cette situation.

20200212133450-p1-document-aina

 

Apprendre aux femmes à “kiffer leur cycle”

Gaëlle Baldassari se positionne à la croisée des chemins : elle s’engage pour que chaque femme reconnaisse des différences biologiques tout en refusant toute discrimination sociale.

Car oui, le cycle menstruel est bien là, avec une physiologie particulière. Comprendre son fonctionnement ne se résume pas aux questions liées aux protections hygiéniques ou à la fertilité. Même si elles sont déjà énormes !

Le cycle, c’est aussi d’importantes fluctuations hormonales. Savoir les gérer permet par exemple de réaliser certaines tâches aux périodes les moins “énergivores” lorsque cela est possible. L’idée est aussi d’optimiser le temps, librement, pour aller vers toujours plus d’épanouissement personnel.

20200212133450-p3-document-fekb

Diffuser l’information dès le plus jeune âge

Les femmes doivent savoir le plus tôt possible ce qui leur arrive.

Actuellement, l’accent pédagogique porte avant tout sur la sexualité. Pourtant, l’âge médian du 1er rapport sexuel pour les femmes est 17 ans… alors que celui de l’arrivée des règles est de 13 ans ! Il est donc primordial d’informer sur le cycle menstruel avant d’aborder les questions de sexualité.

Ce défaut d’information pose de nombreux problèmes, et n’est pas sans risque sur la santé des jeunes femmes. C’est notamment pour cela que Gaëlle a créé un programme “Kiffe tes premières règles”, à destination des jeunes de 10 à 17 ans.

Elle précise :

Durant mes conférences, j’ai réalisé que même des femmes se pensant suffisamment informées pouvaient avoir d’importantes lacunes. Elles sont par exemple nombreuses à ne pas savoir qu’il est possible de tomber enceinte avant d’avoir eu ses premières règles, alors que la première ovulation a lieu environ 14 jours plus tôt.

De même, la grande majorité d’entre elles sont incapables de dire si elles ont ovulé ou non au cours du dernier cycle car elles n’ont pas appris à reconnaître les signes en autonomie. Il faut aussi savoir qu’1 femme sur 5 (selon une étude réalisée par Gaëlle) ne fait pas la différence entre cycle et règles.

C’est pour cela que Gaëlle forme des ambassadrices qui font des ateliers expérientiels dans toute la France afin de diffuser ce savoir au plus grand nombre.

20200212133450-p5-document-wiwe

Une meilleure prise en charge de la douleur

Il est fondamental de faire reconnaître la différence entre physiologie et pathologie.

Les femmes sont souvent confrontées à une errance de diagnostic lorsqu’elles ont des souffrances liées aux menstruations. Leur douleur est aussi moins bien prise en charge que celle des hommes comme le souligne Martin Winckler dans son livre “Tu comprendras ta douleur”.

Les chiffres parlent d’eux-mêmes :

  • 37 % des femmes ne vivent pas confortablement avec leur cycle ;
  • près de 60% vivent mal la période prémenstruelle, encore mal connue même par les professionnels de santé. Elles sont donc obligées de se “dépatouiller” avec plus de 150 symptômes différents.

Gaëlle insiste :

Les douleurs liées au cycle menstruel doivent être mieux prises en compte afin de permettre qu’un maximum de femmes vive positivement avec leur cycle. Il n’est plus possible que les proches et surtout les professionnels de santé puissent dire à une femme qu’il est “normal de souffrir” !

20200212133450-p4-document-ppqu

Impliquer les hommes

Le cycle n’est pas qu’une “affaire de bonnes femmes” ! Pour changer les mentalités et normaliser le regard sur les règles, il est important que les hommes soient aussi informés de l’action des hormones et de la spécificité que vivent les femmes pendant leur période fertile.

Les professionnels, hommes et femmes, ont également tous un rôle à jouer pour démystifier le cycle.

Gaëlle confirme :

Dès 2021, via la création de l’Institut de Formation au Cycle Menstruel qui est actuellement en préparation, tous les pros qui sont en contact avec les jeunes filles (infimier.ère.s scolaires, éducateurs.trices en milieu fermé, etc.) pourront bénéficier d’une formation afin de leur donner des outils et des connaissances à transmettre aux jeunes filles.

 À propos de Gaëlle Baldassari

20200212133450-p2-document-pmhs

Gaëlle Baldassari est une passionnée de biologie depuis qu’elle est jeune.

Elle débute des études en faculté de biologie, une formation qu’elle décide toutefois de laisser de côté pour se consacrer à la finance. Pendant 14 ans, elle travaille ensuite dans la banque à des postes à responsabilités.

En tant que manager, elle se forme à l’approche neurocognitive et comportementale pour accompagner au mieux ses collaborateurs et elle-même, notamment dans la gestion du stress et l’optimisation des performances.

Lorsque Gaëlle décide d’avoir un enfant, elle découvre l’ampleur des difficultés que le cycle menstruel peut causer aux femmes. Le sien ne fonctionne pas, et elle doit suivre un parcours de procréation médicalement assistée.

Pendant ce traitement intensif aux hormones, elle constate que son comportement et ses humeurs varient. Elle fait même un burnout… Face au silence des médecins sur ces brusques changements, Gaëlle entame de longues recherches et approfondit le fonctionnement et l’impact des hormones.

A la naissance de sa fille, en janvier 2014, Gaëlle choisit de quitter l’univers de la finance pour se lancer dans ce qui l’intéresse le plus : l’accompagnement et l’aide apportée aux autres.

Elle se forme au coaching à l’Ecole Française de Coaching – MHD puis elle coache des femmes à haut potentiel créatrices d’entreprise. Naturellement, elle est amenée à partager avec elles ses connaissances concernant le système hormonal. Avec, à chaque fois, le même résultat : cela produit un grand changement dans leur vie.

En juillet 2017, Gaëlle décide de développer l’activité autour du cycle menstruel car il lui semble fondamental de démocratiser ce savoir auprès de toutes les femmes.

Elle crée alors “Kiffe ton cycle”, une formation en ligne pour aider les femmes à ne plus subir leur cycle et l’utiliser à leur profit. A ce jour, elle a formé plus de 1 800 femmes et jeunes filles à la compréhension de leur cycle menstruel.

Face au succès rencontré, Gaëlle écrit également un livre en avril 2019 (Kiffe ton cycle, éditions Larousse) puis elle lance la formation en ligne “Kiffe tes premières règles” destinée aux jeunes filles de 10 à 17 ans.

Elle est aussi la créatrice du Sommet du Cycle Menstruel dont la troisième édition aura lieu cette année du 29 mars au 4 avril. Les premières éditions ont rassemblé plus de 10 000 participant.e.s.

Pour en savoir plus

Site web : https://kiffetoncycle.fr/

Facebook : https://www.facebook.com/KiffeTonCycle/

Instagram : https://www.instagram.com/kiffetoncycle/

LinkedIn : https://www.linkedin.com/in/gaelle-baldassari-2a975482/

Contact presse

Gaëlle BALDASSARI

E-mail : gaelle@kiffetoncycle.fr

Tel : 07 85 40 96 12

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>