Terre à Terre, la nouvelle marque antigaspi de délicieux produits frais, dévoile sa sélection d’hiver et développe son réseau de distribution

Communiqué de presse PDF Communiqué de presse DOC    

On estime à 10 millions de tonnes, soit 20kg par personne, le poids des déchets alimentaires (Source ADEME 2016) qui sont gaspillés chaque année.

Alors que les Français ont compris le lien entre gaspillage alimentaire et réchauffement climatique et que l’Etat ambitionne de s’engager réellement dans la transition énergétique et le développement durable, les consommateurs sont en quête d’actions concrètes, au quotidien, pour lutter contre ce gaspillage alimentaire.

C’est dans ce contexte que Morgane et Vincent ont eu l’idée de créer Terre à Terre. Terre à Terre est un projet mêlant alimentation et développement durable. Le concept : collecter des matières premières injustement destinées à la destruction chez des producteurs et distributeurs partenaires, et les transformer au plus vite pour créer de délicieux produits frais, locaux, et de saison… pour le plus grand bonheur des consommateurs !

Alors que l’hiver arrive à grands pas, Terre à Terre cherche de nouveaux partenaires sur la Gironde pour développer son réseau de distribution sur la métropole de Bordeaux ainsi que sur le Bassin d’Arcachon.

Screenshot at Oct 30 14-41-49

Un concept écoresponsable

Alors que le fonctionnement classique des grands groupes agro-alimentaires ou de distribution génèrent de très importantes quantités de denrées inexploitées et donc perdues (invendus, calibrage, détérioration lors du transport …) Terre à Terre propose une solution complémentaire aux surproductions agricoles et au gaspillage.

La société récupère les denrées déjà produites ou apportées sur le territoire, et les transforme avant qu’elles ne finissent à la poubelle. Elle propose ainsi des produits sains et de qualité tout en limitant la destruction de fruits et légumes qui n’ont pas trouvé leur place dans le caddie des Français.

Petite sélection d’hiver signée Terre à Terre

photo fiche produit jus pomme Manon

Jus de pomme

Ce grand classique est 100 % pur jus de pomme.

photo fiche produit soupe courge Madeleine

Soupe de courges

Cette soupe aux couleurs de l’automne met à l’honneur les courges, avec une pointe de légumes d’hiver : oignon, poireau, carotte et navet.

photo fiche produit compote pomme cannelle Charlie

Compote pomme cannelle

La compote Charlie ne contient que de la pomme et de la cannelle.

 

Confiture de myrtille

Cette confiture est faite avec 65 % de myrtilles.

photo fiche produit smoothie kiwi Tom

Smoothie kiwi

Ce smoothie énergisant contient du kiwi, de la banane, de la pomme et du citron vert.

Terre à Terre s’inscrit dans une démarche écoresponsable et forme un cercle économique vertueux pour tous les acteurs de la chaîne.

Morgane et Vincent, fondateurs de Terre à Terre

Une solution antigaspillage

Bien que sensibilisée à la question de l’agriculture biologique et de l’agriculture locale, Terre à Terre ne développe pas de gamme bio. Pourquoi ? Parce que le but premier est bien de faire de l’antigaspillage. Ses partenaires travaillent parfois en biologique, mais aussi en agriculture raisonnée et en agriculture conventionnelle, pour autant elle essaye de tout transformer.

De même, la société ne travaille qu’avec des agriculteurs locaux et les distributeurs présents en Gironde, mais ceux-ci font parfois venir des produits de plus loin, comme les bananes, les mangues et les oranges.

Notre priorité est d’éviter que les produits quels qu’ils soient, ne soient gaspillés après avoir fait parfois des milliers de kilomètres pour arriver chez le primeur d’à côté.

Morgane et Vincent

Les projets de développement

Installée à Bordeaux depuis novembre 2018, l’entreprise a trouvé des locaux sur Blanquefort et a lancé ses premiers produits en janvier 2019. Le projet a débuté avec le soutien d’acteurs du développement de la région, dont Initiative Gironde, et l’aide d’une entreprise ESS (économie sociale et solidaire) déjà implantée.

Terre à Terre souhaite se faire une place sur les étals des commerces indépendants, épiceries de quartier, épiceries fines, et commerces de bouche de la région. « Notre objectif est de grandir afin de sensibiliser le plus grand nombre à cette démarche et de proposer des partenariats gagnant/gagnant aux personnes qui s’y intéressent », expliquent ses fondateurs.

Couvrir un plus grand marché permettra à la société d’étoffer son équipe, et de créer des postes d’attachés commerciaux, de livreurs et d’agents de production. Dans les mois à venir, le passage d’une production pasteurisée à une production stérilisée permettra de toucher un plus grand nombre de clients grâce à des produits qui ne nécessiteront plus d’être stockés au froid et qui verront leur date limite de consommation augmentée de trois-quatre mois actuellement à un an.

Terre à Terre espère également, le plus rapidement possible, pouvoir être suffisamment autonome financièrement pour lancer son propre laboratoire de transformation dans la région.

20191021143707-p5-document-ndwz

Des avantages pour tous les acteurs de la chaîne

Au-delà des enjeux écologiques locaux et globaux évidents, le modèle adopté par Terre à Terre allie une écologie respectueuse et une économie vertueuse, et ce pour tous les maillons de la chaine, de l’agriculteur au consommateur.

Pour les agriculteurs

Les agriculteurs peuvent diminuer leur perte sur récolte en confiant à Terre à Terre leurs produits abîmés, les produits « moches » ou hors gabarits, bons pour la consommation mais refusés par certains distributeurs. En échange, ils bénéficient de tarifs avantageux s’ils souhaitent vendre les produits Terre à Terre dans leurs magasins de producteurs : « Ils voient donc le fruit de leur travail valorisé plutôt que détruit », précise Vincent.

20191021143707-p3-document-pedw

Pour les distributeurs

Les distributeurs qui fournissent à Terre à Terre les produits alimentaires initialement retirés de la vente et destinés à la destruction profitent de plusieurs avantages :

  • Réduction des coûts engendrés par la destruction des stocks auprès des services spécialisés, notamment au travers de la baisse de la part fiscale dédiée aux déchets.
  • Respect de la loi n° 2016-138 du 11 février 2016 qui dit que « les distributeurs du secteur alimentaire [...] ne peuvent délibérément rendre leurs invendus alimentaires encore consommables impropres à la consommation ou à toute autre forme de valorisation », et donc aucun risque d’amende en lien avec cette pratique.
  • Amélioration de leur image de marque auprès de leurs clients et de l’opinion publique.

Pour les consommateurs

Ils profitent de prix plus intéressants et de produits de qualité, grâce aux économies réalisées tout au long de la chaîne. Les produits Terre à Terre s’adressent donc au plus grand nombre, sans mettre de côté les foyers les plus modestes : petites retraites, étudiants, et familles nombreuses.

20191021143707-p4-document-llfl

Des fournisseurs qui sont aussi des clients

Une des particularités de Terre à Terre est le fait que la société propose à ses fournisseurs de devenir ses clients : « Cela permet de générer un circuit court où les produits, après être passés entre les mains de nos services, sont réinjectés sous forme transformée chez ses mêmes fournisseurs. C’est un partenariat qui valorise la richesse au lieu de la remplacer », explique Morgane.

À propos de Morgane et Vincent, fondateurs de Terre à Terre

Morgane

Ingénieure agro-alimentaire de formation, Morgane est issue d’une famille sensibilisée à l’importance du respect de la nature et influencée par des modes de consommation alternatifs et raisonnés. Tout d’abord attirée par une formation vétérinaire, elle a finalement opté pour des études de biologie puis d’agro-alimentaire.

Son parcours étudiant l’a menée dans plusieurs grandes villes françaises et européennes, de Bordeaux à Paris en passant par Nantes et Copenhague. « Cette mobilité nécessaire, et mon ouverture aux autres cultures mondiales, m’a permis de mieux appréhender les enjeux territoriaux », explique-t-elle.

En 2018, après une première expérience professionnelle dans les circuits courts des Hautes-Pyrénées, elle s’installe à Bordeaux pour fonder la société Terre à Terre avec son compagnon Vincent.

Vincent

Vincent a exercé en tant qu’infirmier pendant une dizaine d’années avant de se consacrer à Terre à Terre. Il a été formé et a commencé à travailler dans le milieu de la santé mentale dès sa sortie de l’école d’infirmière. Issu d’une famille d’enseignants, il a été sensibilisé dès son plus jeune âge aux enjeux sociaux de la précarité.

Lorsque les grandes lignes de Terre à Terre sont tracées, il mesure rapidement l’impact que pourrait avoir ce projet dans sa dimension sociale.

Il accompagne Morgane sur les points de communication (community management, conception de visuels et du packaging des produits…) et de logistique (livraison, animation de stand…).

Pour en savoir plus

Site web : http://terreaterre-antigaspi.fr/

Facebook : https://www.facebook.com/Terre-%C3%A0-terre-679792052390204/

Instagram : https://www.instagram.com/terre_a_terre_officiel

LinkedIn : https://www.linkedin.com/in/morgane-prouff-b18733127/

Contact presse

Morgane Prouff

Emailmorgane@terreaterre-antigaspi.fr

Téléphone : 06 70 22 22 98

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>