Le lancement de METAFLY est annoncé : l’incroyable « insecte-robot » arrive au pied du sapin de Noël !

Communiqué de presse PDF Communiqué de presse DOC    

Lancée le 5 mars 2019, la campagne Kickstarter de Metafly a atteint son objectif de 30 000 euros en à peine… 11 heures.
Moins de 6 mois plus tard, 6 437 contributeurs avaient engagé un total de 595 940 € pour financer cet incroyable projet (chiffres arrêtés au 4 septembre 2019), au-dessus de l’objectif initial.
Ce formidable succès traduit un vrai engouement du public et permet aujourd’hui à BionicBird de lancer la commercialisation de son robot volant biomimétique, plus vrai que nature, ouvrant une nouvelle voie aux amateurs d’objets volants !

Pourquoi cet objet pourrait faire un triomphe à Noël, en faisant rêver aussi bien les petits que les grands ? Car il est à la croisée d’un des plus anciens rêves de l’homme, voler, avec les découvertes technologiques les plus modernes, le biomimétisme.

20191002133743-p1-document-iwpj

Le rêve d’ICARE enfin à notre portée…

Pour que la campagne de financement participatif du Metafly  rencontre un tel succès, il faut une explication qui dépasse le rationnel. Elle est relativement simple, elle touche à l’émotionnel : les oiseaux et autres créatures volantes ont de tout temps fasciné l’homme. Voler, faire voler, voilà qui fait partie de ses rêves et de ses fantasmes les plus fous : c’est un peu ce que permet aujourd’hui le Metafly.

Dépassant de loin les simples drones, le Metafly est un robot volant biomimétique miniaturisé et télécommandé. Avec de vraies ailes qui battent pour voler et s’arrêtent pour planer, il ressemble incroyablement à un papillon ou à une libellule. De plus, il décolle et atterrit sur ces pattes, sa vitesse de vol étant ajustable de 5 à 20 km/h ( ce qui permet une utilisation en intérieur et extérieur).
Un seul chiffre résume la prouesse technologique, son poids : 10 grammes.

20191002133743-p3-document-txsf

Cet « insecte robot » se pilote très facilement avec une télécommande pourvue de deux manettes. Celle de gauche est « l’accélérateur » et contrôle la puissance du battement d’ailes : à puissance maximale, le Metafly grimpe très rapidement vers le ciel tandis qu’à puissance minimale, le Metafly se met à planer.
La manette de droite constitue la « direction », permettant de tourner à droite ou à gauche, de manière plus ou moins serrée selon l’intensité.
Le résultat est bluffant et donne des impressions de ballet volant.

Dès sa conception, le Metafly a été conçu afin d’être un jeu pour petits et grands.
Malgré son extrême miniaturisation, il n’est pas fragile : il a été testé sur des centaines et des centaines de vols ; son extrême légèreté est un atout en cas d’impact avec un mur ou le sol ; les matériaux élastiques, à la fois flexibles et robustes, permettent d’absorber l’énergie en cas de chocs.
Les adultes n’auront donc aucune excuse valable pour ne pas le prêter aux plus petits !
Pour ces mêmes raisons, le Metafly peut s’utiliser aussi bien en intérieur qu’à l’extérieur.

Autre particularité de ce robot hors-du-commun : sa morphologie fait que le plus souvent, il n’effraie ni les oiseaux, ni les insectes.
Il s’intègre parfaitement à la nature. Et c’est normal. Car il en est issu !

20191002133743-p6-document-rsdi

Une idée et son envol : à l’origine du Metafly

Le Metafly est un condensé de micro-technologie. Mais si son inventeur a pu relever un à un les défis de sa conception, c’est qu’il bénéficiait pour cela du plus grand laboratoire R&D (Research and development) au monde : la nature !

Estimant qu’en 3,8 milliards d’années l’évolution darwinienne a su relever tous les défis possibles, les scientifiques ont développé une nouvelle discipline ces dernières années, le biomimétisme : après avoir compris comment les organismes vivants ont su s’adapter, ces spécialistes imitent la nature en l’optimisant pour des applications humaines. De cette discipline sont nés par exemple le profilage des trains à grande vitesse, inspiré des martins-pêcheurs, ou les maillots de bain nouvelle génération des champions olympiques, inspirés de la peau des requins.

Le Metafly apparaît ainsi comme cette alliance optimale de la nature et du progrès : il s’inscrit dans une démarche respectueuse, où l’homme d’aujourd’hui réapprend à observer le monde qui l’entoure, non plus pour le maîtriser, mais pour s’en inspirer.
C’est cette expérience qu’offre le Metafly à ses utilisateurs : une communion avec la nature.
C’est aussi ce qui fait rêver et explique un tel engouement.

Car atteindre cette extrême miniaturisation de 10 grammes représente évidemment un formidable défi intellectuel et technologique.
Pour parvenir à intégrer dans ce corps d’insecte tous les composants nécessaires, les designers ont dû imaginer une conception révolutionnaire :
• De la structure, ultra compacte et en forme de « colonne vertébrale » ;
• De la mécanique, avec un réducteur breveté en bout de moteur, évitant les habituels trains d’engrenages très volumineux ;
• De l’électronique, pour optimiser la miniaturisation des composants et arriver à une carte de la taille d’un timbre-poste !

20191002133743-p4-document-onrt

Pour le maniement et la portée, il a fallu observer le comportement réel des oiseaux.
L’inventeur a ainsi breveté un système de direction qui utilise la déformation de l’aile, et permet les manœuvres rapides et instantanées, impossibles avec un système de dérive classique.
Et pour obtenir un poids ultra-léger, chaque élément a été optimisé, en axant le choix sur des matériaux hors-norme, comme des fibres de carbone ou des polymères à cristaux liquides.

En 10 grammes, le Metafly est bien un condensé de technologie.
La combinaison idéale entre la connaissance parfaite de la science du vol battu, et la maîtrise des nouvelles technologies, ont permis l’éclosion de ce projet, récompensé dès le départ par la médaille d’or du concours Lépine.

Un projet né de l’imagination de la nature et de l’intelligence d’un homme.
Ou réciproquement, né de l’imagination d’un homme et de l’intelligence de la nature, dans une vraie symbiose entre les deux : voilà ce formidable message que porte le Metafly, un message optimiste pour faire rêver, dans l’esprit des fêtes de Noël !

À propos d’Edwin VAN RUYMBEKE, le créateur de Metafly

20191002133743-p2-document-ufge

Enfant, Edwin a éclos dans un environnement favorable, puisque son père et son grand-père ont inventé dans les années 60 TIM, le premier oiseau mécanique.
Edwin quitte le nid pour perpétuer cette tradition en devenant ingénieur aéronautique. Il dédie ensuite sa vie professionnelle à l’étude du biomimétisme appliqué à l’aéronautique.
Metafly est ainsi le fruit de 50 ans de recherche et de développement personnels.

Pendant de nombreuses années, Edwin a travaillé pour l’entreprise familiale.
Il a mis à profit ses études pour étudier le vol battu et améliorer le vol de TIM, l’oiseau à l’élastique. De nombreux prototypes, très performants mais onéreux à produire, sont restés au placard pour préparer l’avenir.
Durant toute cette période, il a rêvé de pouvoir remplacer l’élastique de l’oiseau par un moteur électrique avec une batterie, pour en faire un objet radiocommandé. Mais la gageure était de conserver le même poids, ce qui était complètement impossible avec la technologie d’alors.
Jusqu’à l’apparition des téléphones mobiles miniatures… Les nouvelles batteries au lithium et les moteurs coreless créés pour les vibreurs, offraient de nouvelles perspectives !
Après quelques calculs théoriques, le rêve était devenu réalisable. Il restait un écueil de poids : réaliser un réducteur suffisamment compact et léger pour accoupler le moteur au système de battement d’aile.

Il y parvenait finalement un soir de grande inspiration, de celles qu’on n’est jamais sûr de pouvoir renouveler, de celles dont on est bien incapable de remonter le fil.
À partir de là, et au prix d’une conception sans concession visant à minimiser le poids de chaque composant drastiquement, le premier modèle CAO (100% virtuel) était né. La magie a voulu que le premier prototype issu de ce modèle ait volé magnifiquement, bien au-delà de ses espérances !
L’idée prenait son envol, une page de l’histoire s’écrivait.

Alors qu’un événement spécial sera prochainement mis en place pour le lancement du Metafly, Edwin pense déjà à demain, avec une multitude de projets : augmentation de la capacité de transport, amélioration de la cinématique, optimisation de la biomimétique, pour équiper l’objet volant de systèmes complémentaires type vidéo, GPS…
Fort de son expérience et animé d’une vraie passion, Edwin rêve à terme de faire voler des êtres humains, avec cette même technologie, celle des battements d’ailes.

Le rêve d’Icare est aussi celui d’Edwin… et de nombreux terriens !

Pour en savoir plus

Web : https://www.bionicbird.com
Crowfunding : https://www.indiegogo.com/projects/metafly-a-new-flying-experience–3#
Facebook : https://www.facebook.com/BionicBird.officiel
Instagram : https://www.instagram.com/mybionicbird/
Twitter : Bionic Bird (@mybionicbird)
Youtube : https://t.co/10Slx9Wqxd

Contact presse

David FRIEDMANN
Mail : david.friedmann@bionicbird.com
Téléphone : 0619548497

1 Commentaire(s)

  • Gérard DAVID 8 novembre 2019 at 18 h 10 min

    Génial en effet à en croire le communiqué! On a hâte de le voir voler
    Quel en sera le prix pour pouvoir l’offrir à Noël?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>