Wilo fait le pari de l’ultra-durable avec une basket 100 % végétale, réparable et fabriquée en France

Communiqué de presse PDF Communiqué de presse DOC     

En lançant en 2018 sa ligne de maroquinerie végane, Wilo s’est imposé dans le paysage de la mode durable. Cette année, la jeune marque lyonnaise va encore plus loin : elle fait le pari de l’ultra-durable en lançant la première basket 100 % végétale, fabriquée en France, et réparable.

log

Dire stop au plastique et passer au végétal

« Nous ingérons en moyenne 5 grammes de plastique par semaine et par personne, soit l’équivalent du poids d’une carte de crédit » explique David Chapon, Président de Wilo, s’appuyant sur une étude du WWF sorti en 2019. « L’utilisation du plastique dans notre consommation, recyclé ou pas, est une bombe à retardement dont nous commençons à peine à voir les effets. Les semelles en plastique, par abrasion lors de l’usage et ensuite par incinération, libèrent des nanoparticules toxiques et polluantes qui se retrouve dans notre eau, notre air, et nos océans. »

En effet, contrairement aux idées reçues, le plastique se recycle très mal. Or, de nos jours, toutes nos semelles de chaussures en contiennent. « Le véritable défi a donc été de concevoir une semelle faite en caoutchouc 100% naturel » explique le Président de Wilo.

Après de nombreuses visites d’ateliers au Portugal notamment, c’est finalement en France tout près de chez lui, qu’il trouve la solution. 20190904083927-p4-document-oyzr

Une fabrication écolo et française

C’est en effet à Panissage, en Nord-Isère, qu’il découvre le seul atelier au monde ayant le savoir-faire pour produire des semelles en caoutchouc naturel. Dans cet atelier labélisé Entreprise du Patrimoine Vivant, où tout est fait à la main, les semelles sont moulues, chauffées et refroidies, exclusivement à partir de lait d’hévéa. wilo_web_basket_5 « Durant la phase de production, aucun additif n’est ajouté, c’est ce qui confère à la semelle sa couleur miel si naturelle » précise David Chapon.

L’équipe de la marque a ensuite visité des dizaines d’usines et de fournisseurs avant de faire son choix pour l’assemblage final. Trouver un atelier français n’a pas été chose aisée, et la marque a dû insister pour dénicher une pépite qui travaillait « à l’ancienne », et cherchait à être redynamisée par de nouveaux projets.

C’est donc à Cholet, dans la Loire que la tige et l’assemblage est finalement réalisé, dans un des derniers ateliers français de fabrication de chaussures, sur des machines d’époque modernisées et très robustes. wilo_web_basket_2 «Nous sommes très fiers de ce choix. Aujourd’hui, produire cette basket en France, et en matières exclusivement naturelles, nous semble un retour aux origines heureux, parfaitement en adéquation avec nos valeurs », commente David Chapon.

Durable et confortable

Une des originalités des baskets Wilo, qui les rend particulièrement durables, c’est leur semelle : collée et cousue avec un piquage latéral, elle peut être changée dans l’atelier de la marque quand elle est usée. C’est aussi l’occasion de mettre un coup de propre sur la toile, pour donner une nouvelle vie à la chaussure, et de récolter les semelles usées pour les recycler. wilo_web_basket_3bis Ces baskets innovantes sont également très confortables. Wilo a travaillé avec un podologue pour optimiser la forme de la chaussure, afin d’éviter les frottements et de faire en sorte que la marche soit la plus naturelle possible.

La semelle en caoutchouc naturel est également un atout confort : « Lors de la longue phase de séchage, l’eau contenue dans le lait d’hévéa se retire, jusqu’à évaporation complète, par des milliers de canaux formant des coussins d’air qui jouent le rôle d’amortisseur », explique David Chapon.

Une campagne de financement participatif pour pérenniser le projet

Pour proposer sa chaussure sur le marché, en conciliant une qualité irréprochable et un prix juste et maîtrisé, Wilo a dû tout calculer au millimètre.

La jeune marque a désormais besoin de précommandes pour consolider le projet. « Plus nous serons nombreux, plus notre impact sera grand et le durable abordable ! », explique David Chapon.

Les fondateurs de la marque ont donc décidé de lancer une campagne de financement participatif sur la plateforme Ulule. Elle commencera fin septembre. Les baskets Wilo seront proposées à la vente au tarif de lancement de 149 euros. Le prix public passera ensuite à 189 euros.

Informations produit : • Modèle unisexe • Tailles disponibles : du 35 au 46. • Couleurs : blanc, noir, bleu et rouge.

Focus sur les matières des baskets Wilo

La basket Wilo met à l’honneur deux matières écolo : le lait d’hévéa et le coton bio.

  • Le lait d’hévéa. Ce caoutchouc naturel est issu de lait d’hévéas éco-gérés, provenant du Vietnam. Le lait d’hévéa est un véritable atout pour l’environnement : l’ONG WWF souligne que, quand les plantations d’hévéa sont bien gérées, ce caoutchouc a des bénéfices environnementaux, sociaux et économiques. Les plantations d’hévéa sont ainsi de véritables puits de carbone, un hectare capturant quelques 250 tonnes de carbone en l’espace de 30 ans. L’hévéa est également un bois de bonne qualité ; en fin de vie, il peut servir à fabriquer des meubles, avant d’être replanté.
  • Le coton biologique. Les baskets Wilo sont faites d’une toile de coton doublée, pour plus de résistance. Le textile est 100 % biologique et certifié GOTS, une certification exigeante et qualitative. Elle garantit que le coton est cultivé sans OGM, pesticides et engrais chimiques, avec une consommation d’eau limitée, et assure que les droits des travailleurs sont respectés.

Mais « une marque de mode durable, ce n’est pas seulement un produit durable, c’est aussi toute une structure et une manière de penser », explique David. C’est pourquoi, il y a douze mois, Wilo a choisi de travailler avec l’association Atelier Sans Frontières, qui est basée près de Paris, et qui prépare et envoie ses colis. Enfin, la marque compense également toutes ses émissions carbones, comme celles des transports, par des projets d’agroforesterie en Amazonie.

À propos de David Chapon, fondateur de Wilo

Photo David Basket

Président de Wilo, David, 31 ans, a une double compétence commerce et ingénieur en énergie. Il a travaillé pendant sept ans chez Schneider Electric, dans le domaine de l’efficacité énergétique.

C’est aussi un passionné de littérature et de sport, qui a réuni ses deux passions en publiant cet été son premier livre « Une Semaine à l’UCPA, Manuel Pratique » sous le pseudonyme de Jules Canard.

David a 31 ans, et réside à Lyon.

Pour en savoir plus

Site web : http://www.wilo-store.com

Facebookhttps://www.facebook.com/wilostore/

Instagramhttps://www.instagram.com/wilo_official/

LinkedIn :https://www.linkedin.com/company/wilo-official/about/

Liens photos : https://drive.google.com/

Contact presse

David Chapon

Emaildavidchapon@hotmail.fr

Téléphone : 06 74 97 46 53

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>