Payote lance des espadrilles en plastique recyclé pour dépolluer les océans !

Communiqué de presse PDF Communiqué de presse DOC     

Face à la contamination plastique, qui envahit la mer et tous les océans, il y a urgence à agir. Chaque année, ce sont 8 millions de tonnes de plastique qui contaminent et épuisent la source de vie la plus importante de la planète.

Certaines mesures ont déjà été prises au niveau de l’Etat pour tenter d’endiguer ce niveau impressionnant de déchets : interdiction des sacs plastiques à usage unique en caisse depuis juillet 2016, puis de l’ensemble des produits de ce type à partir de 2021 (coton-tiges, pailles, contenants alimentaires en polystyrène expansé…).

jyhgre

Mais ces initiatives sont loin d’être suffisantes face à l’ampleur des dégâts. C’est pour cela que de plus en plus d’acteurs de la société civile, conscients des enjeux, ont décidé d’agir à leur échelle pour changer la donne.

Payotela marque d’espadrilles Made in France qui sentent bon, accompagne ainsi l’initiative éco-responsable de Seaqual en proposant un nouveau modèle d’espadrilles en plastique recyclé.

Une initiative positive pour dépolluer les océans qui devrait inspirer le secteur de la mode !

Logo-Payote-RVB-1-300x300

 

L’espadrille en toile recyclée venue de la mer : une innovation qui va dépolluer les océans

On sait déjà que le plastique peut être recyclé pour fabriquer toutes sortes d’objets, de la peluche jusqu’au siège auto, en passant par les pulls en laine polaire.

Mais pourquoi “perdre” le plastique qui pollue dramatiquement les mers et les océans ? En Espagne, l’entreprise Seaqual a décidé de collaborer avec une flotte de pêcheurs de plus en plus grande pour développer un concept novateur : parcourir l’Atlantique et la Méditerranée pour attraper le plastique dans leurs filets afin de le recycler.

htrjy

Ces déchets sont par la suite séparés, classés et recyclés dans des sites spécialisés qui les transforment en granules de PET. Le Polyéthylène Téréphtalate (PET) est une matière plastique 100% recyclable utilisée dans la fabrication de divers produits du quotidien comme les emballages d’aliments, les bouteilles en plastique ainsi que les fibres vestimentaires.

Dans le cas de Seaqual, ces granules de PET sont utilisées afin de fabriquer un fil de haute qualité qui constitue la fibre de ses tissus.

jtr

Payote accompagne cette initiative éco-responsable et propose un nouveau modèle à partir de cette matière insolite : les premières espadrilles au monde en toile recyclée. 300 paires pour commencer, premiers pas d’une prise de conscience évidente et hommage à tout un écosystème marin, essentiel à notre planète.

Olivier Gelly, le fondateur de Payote, souligne :

Nous voulons que chaque consommateur puisse aussi s’impliquer dans la dépollution des mers et participer, à son échelle, à la protection de l’environnement. Au-delà des constats dramatiques, il est en effet fondamental de mettre en avant les solutions à la portée de tous.

 L’espadrille “Océan” : l’élégance qui fait du bien à la planète

 

oce__an

Une belle couture italienne, un design élégant, un biais bleu blanc rouge pour la finition, une semelle 18 fils pour un meilleur confort et une bonne durabilité… En 2019, il est possible d’être solidaire, engagé, et d’avoir du style !

L’espadrille “Océan”, en plastique recyclé pour dépolluer les océans, met à l’honneur la baleine, une des premières victimes des déchets qui envahissent son habitat naturel. Ecoresponsable, elle est aussi 100% Made in France et solidaire.

Et comme il s’agit d’une espadrille Payote, elle a aussi ce (gros) petit plus qui a fait la réputation de la marque : elle sent très bon !

Tarif : 45 € – Disponible pour hommes, femmes et enfants.

Que se passe-t-il quand le produit est en fin de vie ?

Payote, dans son initiative éco-responsable, ne s’est pas arrêté à la création du produit fini. En cohérence avec son positionnement de marque engagée, la question de l’avenir de ses espadrilles après leur usage a été soulevée. Que se passe-t-il lorsqu’un client considère que ses espadrilles sont usagées et donc plus utilisables ? La plupart du temps, elles finissent dans les poubelles des déchets ménagers. Olivier s’est donc demandé comment sensibiliser ses clients à la fin de vie de ses produits. Le but qu’Olivier s’est fixé est d’informer sa clientèle, et de faire prendre conscience. Alors plutôt que de simplement jeter l’espadrille, il propose une alternative permettant ainsi à chacun d’accompagner les produits dans la totalité de leur cycle de vie.

htrd

Cette alternative a été mise en place en partenariat avec la société TLC : une entreprise à but non-lucratif qui a développé en collaboration avec plusieurs filières plus de 44 000 points de collecte en France sous forme de conteneurs, afin que les consommateurs y déposent leurs produits usagés. Ces points de collecte sont appelés Point d’Apport Volontaire (abr. PAV). Une fois les produits récoltés, deux options s’ouvrent à eux : selon leur état, ils sont soit redirigés vers des friperies, des boutiques d’occasion ou des pays en développement pour leur offrir une seconde vie, soit recyclés pour être transformés en vêtements, en isolant ou même en tapis de sol.

Pour 2020, l’objectif de Payote est de créer un véritable « cercle vertueux de l’espadrille » à travers lequel toutes les Payotes seraient recyclées et réutilisées pour créer de nouvelles paires d’espadrilles.

Une autre vision de la mode et du rôle des entrepreneurs

Dès sa création, Payote s’est démarquée par son positionnement engagé. Ambassadrice de la fabrication française, la marque valorise le savoir-faire artisanal et la défense de l’environnement : ses toiles sont en coton biologique et les semelles de ses espadrilles sont en caoutchouc recyclé.

L’histoire de l’espadrille “Océan” a commencé un soir d’été 2018. Olivier Gelly pique-nique avec des amis sur une belle plage de la Méditerranée et, ensemble, ils décident de partir pêcher. Ils pensent ramener du bon poisson frais mais, après plusieurs heures, ils n’ont attrapé qu’une vieille chaussure. Au début, ils en rigolent… mais, très vite, la question commence à les travailler.

Olivier confie :

Nous avons eu pendant la soirée une longue discussion sur la pollution des mers et constaté que notre belle Méditerranée était en fait la mer la plus polluée du monde. Et pourtant, tous les ans, nous nous y baignons sans en avoir la moindre idée ! En tant que chef d’entreprise qui propose un produit emblématique de notre patrimoine culturel, j’ai décidé de contribuer à sensibiliser le public à mon échelle avec mes petites espadrilles.

En collaboration avec SEAQUAL, Payote propose un premier modèle d’espadrilles en toile recyclée qui sera fabriqué à 300 paires, ainsi que 8 modèles plus classiques qui seront ajoutés à son catalogue de produits.

Payote, l’espadrille “nouvelle génération” riche en valeurs

Olivier Gelly, après une expérience de 10 ans dans le monde du prêt à porter, décide de créer sa propre entreprise de confection et de vente. Il se lance alors dans le projet ambitieux de redorer le blason de l’espadrille française.

La marque Payote naît en 2016 et séduit dès la mise sur le marché de ses premières paires. Élégantes, confortables et personnalisables, les espadrilles Payote se vendent à plus de 20 000 exemplaires au cours de l’année 2017. Aujourd’hui, plus de 50 000 paires de Payote ont été vendues en 3 ans, et la marque vise en 2019, 60 000 paires vendues dans l’année à travers le monde !

jyt

Les espadrilles Payote, ce sont aussi des chaussures qui portent très haut les couleurs de l’artisanat et du savoir-faire français : un produit de qualité, vendu à un prix abordable et réalisé en collaboration avec des industries françaises.

Les chaussures Payote sont ainsi fabriquées dans les ateliers Megam situés à Mauléon, eux-mêmes héritage de trois générations d’espadrilles françaises. Un cahier des charges de 11 étapes régit l’ensemble de leur procédé de fabrication. De la vulcanisation de la semelle en passant par le découpage de la toile et la couture de l’étiquette, chaque étape est réalisée dans ces ateliers.

Résolue à mener toujours plus loin son combat pour l’environnement, la start-up de Perpignan va passer à la vitesse supérieure : après l’espadrille “Océan”, elle compte fabriquer en 2020 toute sa collection d’espadrilles dans ce nouveau tissu à partir de plastique recyclé.

Pour en savoir plus

Site web : https://www.payote.fr/

Facebook : https://www.facebook.com/payotespadrilles/

Instagram : https://www.instagram.com/payotespadrille/?hl=fr

LinkedIn : https://www.linkedin.com/in/olivier-gelly-768301121/

Contact Presse

Olivier Gelly

E-mail : olivier@payote.fr

Tél. : 04 68 64 32 24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>