A ne pas manquer : le lancement de la Caravane des Enfants Conteurs du Bénin

Communiqué de presse PDF Communiqué de presse DOC     

La Caravane des Enfants Conteurs du Bénin se met en route ! 

Les enfants conteurs du Bénin vont nous entraîner avec eux dans un monde magique porteur d’amour et d’espoir.

A travers un spectacle ambulant, au long des routes et des villages de France, ils viendront à la rencontre des Français et avec leurs chants, leurs danses et leurs contes, ils feront vivre toutes sortes d’émotions intenses en passant par les larmes et le rire !

La Caravane des enfants conteurs du Bénin annonce la journée événementielle de lancement du 28 mai au Viaduc Café sur Paris à Bastille dont les bénéfices seront reversés à l’association au profit de la tournée de la Caravane des enfants qui débutera dès le mois de juillet.

20160414122751-p6-document-cejk

Une journée de lancement exceptionnelle le 28 mai 2016 au Viaduc Café sur Paris (Bastille)

Tout au long de la journée, deux voyantes seront présentes : Soraya, vue et entendue sur les médias, et Isabelle Viand qui proposeront des consultations, tandis qu’Anne-Marie Monfroy, magnétiseuse, fera découvrir les bienfaits des soins énergétiques.

La configuration du Viaduc Café offre l’opportunité de la discrétion pour ces consultations et propose une magnifique salle voûtée avec une scène où vont se produire :

  • Sylvain Nicolas, magicien de renom, à 14h30 ;
  • Patrice Toton, conteur béninois, comédien et formateur des enfants, vers 15 h ;
  • Les Mad Moizelles, 5 filles délirantes , à 15h30 ;
  • Cyrielle Debreuil et Laetitia Fourcade, comédiennes qui viendront dire des textes ;
  • et bien d’autres amis comédiens, chanteurs ou humoristes.

Informations pratiques : de 10h à 20h au Viaduc Café – 43 avenue Daumesnil – Paris 12ème - Possibilités de repas et boissons sur place

Des spectacles inoubliables et magiques à partir du 1er juillet

C’est en « caravanant » au fil du mois de juillet dans les villages et villes de France, que 5 jeunes conteurs béninois transmettront nombres d’émotions au travers de leurs contes, chants et danses.

Cette belle caravane débutera le 1er juillet à Rouen, au Théâtre Guillaume le conquérant, à Bois-Guillaume, puis le 5 à Orléans avec l’association Arbo Arbo,

On la retrouvera le 6 à Blois, le 9 sur le marché de Beaugency (45190) avant d’être de passage sur Paris, de nouveau au Viaduc Café à 17h le 10 juillet.

La caravane reprendra ensuite sa route vers l’Ardèche, Annonay le 12 sans oublier les villages. A noter que d’autres spectacles sont en préparation sur la route du retour vers Paris et sa banlieue le week-end du 23 juillet.

Au travers de leur périple, ces jeunes, comme des professionnels mais avec toute la spontanéité de leur âge, donneront à voir aux spectateurs le travail effectué depuis 6 années.

Le conte, un puissant outil de transmission et de partage

20160414122751-p7-document-ofrz

Le conte devrait être déclaré d’utilité publique ! Les enfants ont très justement nommé leur spectacle : « construire des ponts avec des mots ». C’est ce que la caravane souhaite grâce à un échange hors du commun qui vous fait oublier le temps… et tous les aprioris.

Cette immersion dans un autre univers est un éveil à la culture africaine. Chacun enrichit l’autre, ouvre ses horizons, et, doucement, lui montre un chemin de vie poétique et fraternel.

Le conte est aussi un outil assez magique pour construire un lien intergénérationnel : les enfants s’approprient les contes qui leur viennent de leurs grands-parents. Sous la responsabilité du Président de l’association béninoise La Compagnie de Sens Commun, Nestor Viédanon, ils les personnalisent et les transmettent, devenant à leur tour des passeurs de mémoire.

Les enfants prennent confiance en eux et apprennent aussi à s’ouvrir aux autres. Martine Macé, la fondatrice de l’association Aux Rythmes du Bénin, souligne :

Le patrimoine culturel nous sert d’outil éducatif et thérapeutique.

A propos de l’association Aux Rythmes de Bénin

Martine Macé est la présidente de l’association Aux Rythmes du Bénin.  Elle a suivi des études de langues et travaillé en tant que traductrice interprète à Madrid puis qu’Assistante de Direction à Paris.

Elle reprend ensuite ses études de psychologie et suit une formation de psychothérapeute. Elle découvre alors tout le potentiel du conte lorsqu’elle travaille avec des personnes en grande difficulté (toxicomanes, prisonniers).

Elle part au Bénin après avoir été confronté à un refus de l’administration quant à la création d’un centre d’accueil en Ardèche. Là-bas, elle écoute les contes racontés par les vieux dans les villages.  Elle découvre aussi leurs interrogations : quel va être l’avenir de leur tradition orale ?

372d19f9-dbb5-4009-8598-3c7280c7e3ad

Martine réalise alors l’importance de garder le lien intergénérationnel dans le patrimoine oral en formant des enfants aux contes, afin de les relier aussi à leurs racines. Son expérience sur le travail autour des contes lui donne envie de concilier la culture et la tradition :

Avec l’étude des contes, les enfants peuvent évoluer et se transformer. La culture est  nécessaire et indispensable dans l’éducation. Nos enfants viennent de tous les milieux, certains sont porteurs de maladie grave, mais tous se sont révélés grâce aux contes.

Martine est convaincue que le conte est un outil de travail qui peut être utilisé partout, et notamment dans les zones dites « à problèmes » ou pour aider les jeunes migrants à apprendre le français.  En renouant avec ses racines grâce à ce support intemporel, chaque personne peut se développer.

Daniel Pennac a écrit dans Comme un Roman qu’ « une des fonctions essentielles du conte est d’imposer une trêve au combat des hommes ». Dans le contexte actuel, le conte apparaît comme un outil indispensable pour permettre à chacun d’entre nous de s’ouvrir aux autres.

Martine confie

Le conte est universel. Il est né avec le monde, il est notre pilier… En plagiant Prévert, je pourrais même dire qu’un jour, j’aimerais que tous les enfants du monde puissent se donner la main en partageant un conte !

Pour mener à bien le projet de la Caravane des enfants conteurs du Bénin, l’association Aux Rythmes du Bénin collabore avec  l’association béninoise La Compagnie de Sens Commun. Le travail et l’implication de l’association lui ont valu d’obtenir le Parrainage de Jack Lang, ainsi que le soutien de l’Ecole du Patrimoine Africain (EPA) et du Consulat Français au Bénin.

Ils ont dit…

Les précédents spectacles des Enfants conteurs du Bénin ont reçu un accueil enthousiaste du public… et des journalistes !

Voici ce qu’ils en disent :

  • « On serait bien restés des heures et des heures à regarder et à écouter ces sept enfants de 11 à 15 ans nous mener d’histoires en histoires » Isabelle Artus, RFI,  à propos du spectacle « Les mille et une nuits béninoises »
  • « C’est peut-être la plus belle des caravanes qui se soit posé à Avignon. (…).  Ils content à tour de rôle, se relançant énergiquement, dans un jeu où celui qui parle à besoin de celui qui écoute. (…) Le public, lui, applaudit des deux mains. » Jeune Afrique

Pour en savoir plus

Site internet : http://www.auxrythmesdubenin.com/

Page Facebook : https://www.facebook.com/Aux-rythmes-du-Benin-la-Compagnie-du-Sens-Commun-Benin-603853986398436/

Contact Presse

Aux rythmes du Bénin

Martine MACE

Tél. : 06 85 55 93 72

E-mail : mace.martine07@yahoo.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>